Frontières : lorsque murer les frontières ne sert à rien

En passant

À la chute du mur de Berlin, le monde s’est imaginé sans frontières, où des États, obsolètes feraient progressivement place à un village planétaire porté par la mondialisation. Les universitaires, les économistes, les théoriciens des relations internationales ont abondé dans ce sens, évoquant la fin des territoires, des souverainetés, des États, de la géographie.

Capture d’écran 2015-09-01 à 16.04.20

Mais le 11 septembre a sonné le glas de ces aspirations, refermant les frontières comme des pièges. Désormais, ces frontières ne sont plus des lignes, ni même des interfaces – ce qu’elles sont en principe. Elles ne sont plus souples et poreuses, mais dures et agressives. Constamment renforcées, fortifiées, elles sont de plus en plus fréquemment marquées par des entraves, des barrières, des clôtures, des murs, longées par des routes d’enceinte et des chemins de garde, dotées de capteurs de bruits et de mouvements, hérissées de postes de surveillance, de champs de mines, de caméras infrarouges, et de dispositifs d’éclairage. Dans cette nouvelle configuration, les frontières qui n’ont plus pour vocation de canaliser les flux mais bien de les arrêter. Dans un monde de plus en plus global, marqué du sceau de la mondialisation, les murs frontaliers se font de plus en plus fréquents, au point de constituer un phénomène sans précédent dans l’histoire mondiale :

Capture d’écran 2015-09-01 à 16.00.37

Ainsi à compter de 2001, il ne s’agit plus, à travers le blindage de la frontière, de convertir une ligne de front en frontière de fait et d’imposer une paix provisoire (comme le font les fortifications entre les deux Corées, à Chypre, voire la Line Of Control entre l’Inde et le Pakistan), mais bien, si l’on s’en tient aux discours des États constructeurs de murs, de prévenir des menaces – comme les flux migratoires ou l’incursion de groupes terroristes. En Asie Centrale, au Moyen-Orient, dans la péninsule indienne, en Asie du Sud-Est, dans les Amériques et jusqu’en Europe, les murs « anti » prolifèrent.

Désormais, les barrières frontalières (dont les fondations sont maçonnées et inamovibles) répondent à l’instabilité générée par le système international. Devant leur multiplication (il n’y en avait qu’une dizaine à l’issue de la guerre froide, il y en pratiquement 65 dans le monde aujourd’hui – et les États baltes flirtent depuis quelques jours avec l’idée), et parce qu’elles sont le fait de régimes autoritaires comme de démocraties (États-Unis, Espagne, Bulgarie, Grèce, Israël, Inde, Hongrie) il faut se rendre à l’évidence. Le mur est devenu une manière pour les États de faire face aux (nouvelles) menaces réelles ou présumées : en Arabie Saoudite pour enrayer la progression de l’État islamique, en Turquie pour limiter la contagion de la rébellion syrienne, en Ukraine (selon le projet annoncé) pour arrêter l’impérialisme russe, en Républicaine dominicaine (ce n’est pour l’instant qu’une proposition) pour réduire l’exode haïtien, en Hongrie pour pallier les déficiences de la convention de Dublin.

Ainsi, ce qui relevait, il y a moins de deux décennies, d’enjeux classiques, locaux et transfrontaliers correspond désormais à des enjeux de sécurité nationale, qui justifient la militarisation de la zone et le durcissement de la ligne frontalière. L’identité de sécurité des États passe donc, pour certains gouvernements, par l’érection d’une barrière : le mur redonnerait du sens à l’État. Mais il fait perdre son sens à la frontière dans son acception classique (la frontière n’était que ce point de rencontre entre deux collectivités et deux souverainetés, tout au plus un moyen de canaliser et de comptabiliser les flux) et accroît l’insécurité de ceux qui la fréquentent – pour la franchir ou parce qu’ils vivent à proximité.

Sans titreAstérix chez les Pictes – Le mur d’Hadrien ne se voulait pas infranchissable,
il permettait de canaliser les populations

Puisque la frontière devient un enjeu de sécurité nationale, la tendance s’accompagne de la militarisation de la frontière : on fait de plus en plus appel à la technologie duale voire militaire, au complexe militaro-industriel reconverti en complexe sécuritaro-industriel.

Selon Vision Gain, le marché de la sécurité frontalière représente en 2015 plus de 16 milliards de dollars.

Ainsi, le déploiement de la brigade venue d’Alaska d’ingénierie de l’armée de l’air, quatre kilomètres à l’ouest du point d’entrée de Mariposa à Nogales pour construire une route de patrouille (dans le but d’aider à le Homeland Security dans la construction de routes frontalières tout en formant les soldats dans des terrains similaires à ce qu’ils pouvaient rencontrer en Afghanistan) témoigne de cette proximité, tout comme l’avait fait auparavant le recyclage de plaques de métal datant de la guerre du golfe et fournies par l’armée américaine à titre gratuit pour former la barrière en Arizona. La présence de gros consortiums liés à l’armement et à la défense (EADS, Boeing, Elbit etc…) sur les chantiers frontaliers va dans le même sens. Aux Etats-Unis, cette militarisation se fait également à travers le recrutement des patrouilles frontalières : le Border Patrol américain est composé à 28,8% de vétérans, revenus d’Irak et d’Afghanistan qui bénéficient d’un « Fast track » pour intégrer ce corps de métier. Ce qui ne devrait être que du maintien de l’ordre entre désormais dans le registre de la défense du pays, porté par des acteurs militaires « non reconvertis ». On retrouve d’ailleurs cette dimension à travers la lecture qu’en font les médias, de Fox News qui évoque l’idée d’un « troisième front » (après l’Irak et l’Afghanistan) ou du National Geographic Channel qui évoque des « guerres frontalières » (border wars).

11

Or l’évolution de cette vision de la frontière amène également une violence latente. Ainsi, l’anxiété du franchissement de la frontière (avoir les bons papiers, le bon visa, le bon ton lorsque l’on interagit avec le douanier) fait partie intégrante du processus individuel – au point d’avoir des incidences sur les trajectoires des migrants légaux. Les témoignages à la frontière, par exemple sur le flanc méridional des États-Unis, ou encore aux frontières de l’Europe (au Maroc, autour de Ceuta et Melilla, en Grèce ou en Bulgarie) rendent compte de cette violence qui s’inscrit dans la définition d’un espace placé dans une zone de droit dérogatoire, et de tolérance, de non-droit qui déborde largement la ligne frontalière pour embrasser des bandes de terre plus ou moins large de part et d’autre du mur.

Capture d’écran 2015-09-01 à 16.03.31

Ainsi la banalisation de la « solution-murée » a quelque chose de paradoxal. D’une part, les barrières, pour reprendre les termes du poète Robert Frost (Mending wall), ne font pas nécessairement de bons voisins. Tout au plus repoussent-elles à plus tard le règlement d’enjeux propres à la relation entre les deux États limitrophes.

D’autre part, les murs ne sont pas là pour durer : les murs finissent toujours par tomber physiquement (comme le mur de Berlin ou la ligne Maginot) ou symboliquement quand ils ne servent plus à rien (Grande muraille de Chine, mur d’Antonin).

Capture d’écran 2015-09-01 à 16.06.37

Ce sont les cicatrices de leur existence qui auront le plus d’impact à terme. Car les murs isolent. Ils isolent dans des enclaves, des populations coincées entre le mur et la frontière, qui peinent à accéder aux services publics, aux ressources naturelles, ou simplement à leur emploi comme en Cisjordanie, au Bangladesh ou au Texas – induisant le plus souvent un degré plus ou moins important de déstructuration des sociétés agraires concernées. De surcroît, le fractionnement de deux économies interdépendantes par l’érection d’un mur induit fréquemment la destruction de la structure sociale des zones frontalières : le temps de franchissement du poste frontalier limite la fluidité des échanges licites et consacre souvent la mort des villes frontalières, marquée par un taux de chômage élevé, une économie moribonde, une violence exacerbée et une criminalité accrue. Car faute d’empêcher véritablement les flux, les murs les détournent. L’impact est alors immédiat pour les migrants, plus enclins à recourir aux passeurs. Et c’est là l’un des effets contreproductifs des murs, qui favorisent l’économie souterraine et les réseaux parallèles, les rendant plus difficiles à contrôler.

Les murs aboutissent donc à l’effet inverse de celui recherché, pérennisant l’implantation durable de travailleurs clandestins qui auraient autrement suivi un cycle de migration saisonnier et pendulaire.

Cela réduit d’autant la capacité de l’État à les contrôler, et les vulnérabilisant substantiellement, comme en témoigne la carte du cartographe Nicolas Lambert sur les morts aux frontières de l’Europe, réalisée pour le réseau Migreurop.

22

Plus encore, les murs frontaliers isolent des écosystèmes entiers au point d’altérer leur environnement et de menacer de nombreuses espèces du seul fait de leur existence. C’est ainsi qu’une équipe du laboratoire de l’Université de Pékin, en 2003, établit l’existence d’évolutions génétiques différenciées dans la flore de part et d’autre de la grande muraille de Chine, tout comme, dans les années récentes des équipes de biologistes ont montré que le mur frontalier altérait les migrations de grands prédateurs (au point de prévoir plusieurs extinctions au Cachemire, au Mexique ou au Botswana) et ce faisant les déplacements des insectes et parasites et à terme la pollinisation.

Dès lors, pourquoi construire des murs? Certains disent qu’il s’agit là d’un effet d’annonce qu’utiliseraient les gouvernements pour montrer à des populations de plus en plus sensibles aux risques mondiaux qu’ils agissent. Preuve en est, les murs frontaliers sont pour la plupart le résultat d’une démarche unilatérale – et, ce faisant, réalisés à l’intérieur du territoire de l’État prescripteur et non le long de la ligne frontalière : on ne construit pas pour redéfinir les relations internationales mais bien pour consolider une assise nationale. Mais plus encore, selon une étude récente, l’inégalité économique serait un facteur clé pour expliquer la construction des murs frontaliers : le différentiel économique est un facteur d’instabilité susceptible de mener à la construction du mur (ce qui, si on se fie aux murs des « gated communities » aux États-Unis, à Rio de Janeiro, ou encore à Padoue, est la norme des murs infranationaux). Les murs frontaliers ne seraient donc qu’une réponse à une mondialisation mal maîtrisée, mal répartie. Ils ne constituent alors qu’une solution temporaire, dans la mesure où elle n’agit que comme paravent d’une réalité que l’on occulte.

 

Élisabeth VALLET est directrice scientifique à la Chaire Raoul-Dandurand et professeure associée au département de géographique de l’UQAM. Elle est également co-chercheure dans le projet Borders in Globalization – et dirige à ce titre le groupe d’études sur les frontières du Québec. Elle vient de publier  Borders, Fences and Walls (Ashgate, 2014), et ses travaux sur les frontières et murs frontaliers sont largement cités (Washington Post, Courrier international, Toronto Star, Vancouver Sun, Le Figaro, Nouveau Projet, NPR). Elle collabore sur ces thèmes avec le Monde diplomatique (blog « Visions cartographiques ») et son blogue États-Unis, hébergé par la plateforme universitaire Hypothèses, d’OpenEdition, figure pour la deuxième année dans le palmarès des meilleurs blogues scientifiques francophones.

Call for Papers – Borders, Walls and Violence (June 2016)

En passant

Call for Papers  

Borders, Walls and Violence
Costs and Alternatives to Border Fencing 

International conference organized by the Raoul Dandurand Chair at the University of Quebec at Montreal

June 1-3, 2016
Montreal, Quebec, Canada

IMG_1672

 

More border walls and border fences are being built every year all across the world. Bulgaria, Greece, Turkey, Morocco, and Tunisia are among the latest to announce yet another border fence. Twenty-five years ago it was believed that the fall of the Berlin Wall and the reconfiguration of international relations would open an age of globalization in which States would become obsolete, ushering in a world without borders. In the wake of 9/11, however, borders came back in light, new borders were created and new border walls erected. In the wake of the Arab Spring, came even more border barriers and walls, symbols that were thought to have disappeared with the collapse of the bipolar international system. Today, they reinforce borderlines the world over, transforming both soft and semi-permeable borders alike into sealed, exclusionary hard borders. Walls are symbols of identity reaffirmation, markers of State sovereignty, instruments of dissociation, locus of a growing violence.

 

Fields: Political Science, Geography, Anthropology, Sociology, Law, Economics, Art, Design, Biology, Environmental studies, Area Studies, Gender studies, Zoology, Medical studies (this list is intended to be suggestive rather than inclusive).

Organizers/Scientific Committee: Élisabeth Vallet (Raoul-Dandurand Chair UQAM – Canada), Anne-Laure Amilhat-Szary (Geography, Université Joseph Fourier – France), Emmanuel Brunet-Jailly (Borders in Globalization, University of Victoria – Canada), Reece Jones (Geography, University of Hawaii – USA), Kenneth D. Madsen (Geography, The Ohio State University – USA), Said Saddiki (Law, Al-Ain University of Science and Technology – UAE)

Students are especially encouraged to submit a proposal.

Conference Theme:
This conference seeks to understand border walls as a global trend in International Relations. As a growing number of walls are being built along international borders and as migrants and inhabitants of those borderlands are experimenting more and more violence, we seek to understand the local perspectives and views on border fences and replace it in a multiscalar perspectives in order to see if there are viable alternatives to fences and security approaches. How much do they cost (both monetary and socially) ? How well do they work ? How do they affect borderlands? How are security discourses shaping the landscape to build border walls ?

Context
In a globalized world in which interdependence is viewed as a necessity and the norm, border walls appear to be things of the past, obsolete manifestations of the institution of State. Nevertheless, walls have been spreading steadily since the end of the Cold War. And the boom in wall-building after the attack on the World Trade Center actually has its roots, at least attitudinally, in the pre-9/11 period, for the walls derive not from a specific fear of terrorism but rather from the global insecurity bred by globalization. Paradoxically, in a security-conscious world, globalization has led not to the elimination of borders but rather to the recomposition of territory and the erection of new “ramparts”. The wall has become a solution to the quest for security of the State, the boundaries of which never truly disappeared, a solution sublimated through an increasingly security-centric discourse in the wake of 9/11, and further fueled by post-Arab Spring events.

Themes

Participants are encouraged to critically examine the role of border walls in security discourses and in the framing of the local political and sociological landscape to consider some of the following themes:


Theme 1. Impacts of border walls

Theme 2. Legal aspects of border walls
Theme 3. Costs and economies of border walls
Theme 4. Violence of border walls
Theme 5. Alternatives to border walls
Deadline for abstract submission: October 5, 2015
(for both panel sessions and poster sessions)

Please note that papers may be considered for both panel sessions AND poster sessions.
Proposal: please include the following information (300 words)
·        Name of authors/contributors
·         Institutional affiliations, titles
·        Contact: telephone, fax, email, mailing address
·        Title of the paper
·        Abstract: Subject, empirical frame, analytical approach, theme (approx. 300 words)
Languages: Proposals can be submitted in French, English and Spanish. However the conference will be held in English and French.

Conference Dates and Deadlines:

      • Oct.5, 2015 : deadline for submitting abstracts and proposals
      • Dec.2015 : proposals selection and notification sent to presenters
      • March 31, 2015 : submission of papers to discussants
      • May 2016 (25-26 to be confirmed) : Conference to be held in Montreal.

Send your proposals via email in Word format to Élisabeth Vallet at UQAM: BordersandWalls@gmail.com

 

Méditerranée meurtrière

En passant

La sécurité de la frontière est un marché en pleine expansion. Tant et si bien que l’on y consacre désormais des « salons » dédiés à la technologie de la surveillance, et que la frontière elle-même devient un moteur économique et un lieu d’innovation – consacrant l’avènement d’un complexe militaro-industriel, pendant contemporain du complexe militaro-industriel de la guerre froide.

Pour autant, cette volonté protectionniste, qui conduit à scarifier les territoires, à ériger toujours plus de murs le long des frontières et à séparer plus encore le Nord du Sud, ne permet finalement pas d’enrayer les flux migratoires.

Loin s’en faut.

Comme le montre de manière plus spectaculaire encore qu’à l’accoutumée, les deux derniers naufrages en Méditerranée, Frontex, qui est l’agence européenne des frontières, ne parvient pas à contenir les flux des réfugiés vers l’Europe que l’Organisation internationale des migrations évalue désormais à 230 000 en 2014, et 21000 depuis le début de 2015.

Or, le discours de l’extrême droite européenne (et la prégnance croissante de cette dernière) axé autour de la pression, de l’invasion voire de la menace migratoire, en diabolisant les migrants et capitalisant sur la fragilité économique de l’Euro passe à côté de l’essentiel : le danger de la migration est parfois moindre que celui de rester sur place. C’est dire.

La plupart des immigrants qui cheminent vers l’Eldorado européen passent de longs mois en transit, le plus souvent depuis l’Afrique sub-saharienne, parfois d’Asie et pour la grande majorité de Syrie, d’Erythrée et de Somalie. Leurs histoires sont toutes celles du désespoir, de l’errance, de l’attente et de la peur. Ils ont rencontré la faim, la soif, l’hostilité des populations locales, les abus des autorités des pays qu’ils ont traversés. Où ils ont parfois été arrêtés, tabassés, violés, détenus, déportés. La trajectoire des migrants est donc hérissée d’embûches, d’obstacles et de dangers (naturels et humains) que la cartographie classique ne restitue pas. En effet, si l’Agence frontière européenne Frontex cartographie en effet les sept principales routes migratoires vers l’Europe,

1

ces cartes ne rendent pas compte de la réalité du vécu des migrants, ce que fait par contre le projet de cartographie collaborative mené par les géographes Sarah Mekdjian et Anne-Laure Amilhat Szary avec des migrants pour tenter de retracer leurs trajectoires individuelles. Leurs dessins et leurs cartes rendent compte de ces douleurs et de ces errances. 

Car l’externalisation des frontières de l’Union européenne projette en-dehors de l’Union le contrôle frontalier, laissant aux mains de pays pas toujours (c’est un euphémisme) respectueux des droits humains, la responsabilité d’arrêter, de détenir et d’expulser ceux que l’UE voit désormais comme « indésirables », délégant à ceux qui sont moins liés par le droit le soin d’exécuter les basses oeuvres. L’Europe a en effet établi une « défense » contre les exclus du Sud, en forme de cercles concentriques, comme l’explique et le cartographie très bien, dans un billet récent, le journaliste-cartographe-géographe-critique Philipe Rekacewicz.

2

Esquisse cartographique de Philippe Rekacewicz, réalisée en 2013 et disponible en ligne : http://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L2048xH1449/14049993015_2c0f-70315.jpg?1398756087

La première défense est justement cette frontière externalisée (cette pré-frontière comme il l’appelle), avec des avant-postes sous-traités auprès des pays périphériques de l’Europe, au Maghreb mais parfois plus loin encore : ce sont eux qui constituent la première ligne de la politique migratoire. La deuxième défense est cette ligne que l’on peut désormais tracer en Méditerranée et qui, tenue par Frontex, constitue la matérialisation de l’écorce de l’espace Schengen. La dernière est en Europe même, et est presque « post-frontière» : il s’agit des camps d’enfermements sur le territoire même de l’Union Européenne et très bien cartographiés dans l’Atlas des migrants en Europe du réseau Migreurop.

Ils sont nombreux. De plus en plus nombreux à se lancer à l’assaut des barrières de Ceuta et Melilla, à tenter de franchir l’Evros à la frontière turque ou de traverser la Méditerranée dans des embarcations de fortune, surchargées.

Au point où la Mare Nostrum est devenue un véritable cimetière. Elle enregistre plus de 31000 mots depuis 1993, dont 28000 depuis 2000 (selon l’extraordinaire base des données The Migrant Files), au moins 3500 l’an passé, 1600 depuis le début de l’année.

3

La mer tue. Et la Méditerranée représente à elle seule 75% des morts aux frontières.

4

carte de Nicolas Lambert (http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1381/files/2015/04/MerMorte.png) réalisée en avril 2015 et reproduite ici avec l’autorisation expresse de l’auteur

Ces morts sont le fait d’une conjugaison (fort bien expliqué par Polly Pallister-Wilkins dans ce billet pour le blogue Border Criminologies) de plusieurs phénomènes. D’abord, les sanctions appliquées aux transporteurs qui se voient obligés de vérifier les titres de voyage de leurs passagers et les politiques de visas toujours plus strictes de l’Union européenne (le Washington Post a d’ailleurs récemment classé les passeports en fonction de leur valeur, notamment circulatoire). Ces mesures ont pour effet de faire glisser sous le radar les stratégies migratoires, laissant des migrants de plus en plus désespérés entre les mains de passeurs de plus en plus organisés et de moins en moins scrupuleux. Ainsi, avec le durcissement des frontières, se créée des zones où la violence va laisser des cicatrices beaucoup plus profondes — et plus durables — que les murs frontaliers eux-mêmes.

À cela il faut ajouter, selon François Gemenne, le fait que le gouvernement italien ait mis un terme à l’opération “Mare Nostrum”, qui avait permis le sauvetage de plusieurs milliers de migrants l’an passé. Et que l’Union européenne y ait substituer l’opération “Triton”, qui a une vocation policière et non humanitaire. On surveille mais on ne sauve plus.

Et puis, il y a surtout, la géopolitique, dans cette zone qui corsette l’Europe de l’Ukraine au Sahara occidental, embrassant des zones de conflits post-printemps arabe, la ceinture de feu sahélienne, et en passant par la Syrie, Gaza, l’Égypte et la Libye, plongeant jusqu’au Mali. Partout là où l’État islamique d’ailleurs semble trouver une résonance.

À cette instabilité politique s’ajoute la vulnérabilité économique, qui déstructure l’architecture sociétale, et délite les États les plus fragiles, sur fond d’insécurité alimentaire et de changements climatiques.

5Carte de Philippe Rekacewicz, La recomposition géopolitique méditerranéenne – Esquisse cartographique, juin 2013, disponible en ligne : http://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L2048xH1454/14026796166_2e02-8a5cf.jpg?1398756088

Ce sont désormais des sommes faramineuses qui sont investies dans les structures, les infrastructures et les agences frontalières. Au mépris des vies humaines. Et sans autre succès que de vulnérabiliser un peu et de tuer beaucoup plus, sans enrayer le flot humain, et en enrichissant acteurs privés et mafias. Et pourtant, s’il s’agissant simplement d’investir cet argent sécuritaire au Sud. Pour rééquilibrer les échanges et le rapport de forces. Consolider les États et renforcer les structures sociales. Inviter les migrants à demeurer là où sont leurs racines plutôt que les inciter à fuir à tout prix.

 

 

Noël à Bethléem, au pied du mur

En passant

NB: cliquez sur les images pour avoir leur source

Tandis que les murs frontaliers ne cessent de se multiplier (chaque trimestre voit l’annonce d’un nouveau mur) comme en atteste l’infographie réalisée en collaboration avec le Courrier international (figurant à la fin de ce papier), il en est un, chaque Noël, qui prend une dimension plus symbolique encore… Celui de Bethléem :

1

Au point de devenir l’emblème d’une conférence chrétienne annuelle organisée à Bethléem et promue par l’International Christian Embassy Jerusalem :

2

Guy Delisle, dans ses superbes Chroniques de Jérusalem avait d’ailleurs bien résumé l’idée :

3L’art, et particulièrement l’art graphique, a fait son chemin sur les murs, au point de faire désormais l’objet d’articles scientifiques et d’ateliers.

Dans le cadre du festival Bethlehem Unwrapped, un mur de 8 mètres de haut a  ainsi été élevé en janvier 2014, face à l’Église St James, à Piccadilly à Londres.

4 À Bethléem, c’est Noël qui alimente la production artistique autour du mur :

5

Y compris avec la mise sur pied d’une crèche vivante devant le mur de Bethléem, en 2010:

6En 2012, Bansky (qui a peint de remarquables fresques en 2005 et 2007 sur les murs de Bethléem) réalise cette carte postale (qui fait régulièrement le tour des réseaux sociaux lors des fêtes des fin d’année) d’un Bethléem très contemporain :

7

Cette image a d’ailleurs été reprise (ironiquement) aux Etats-Unis dans le cadre d’une campagne d’affichage menée par « if Americans Knew » :

89

Est-ce en raison de l’activisme de Bansky? Toujours est-il que, depuis, le mur appartient à la mythologie subversive de la Nativité.

Avec des crèches  en bois qui intègrent le mur, comme celles réalisées par la famille Anastas:

91

Parmi d’autres:

92

Et depuis, les caricaturistes ont largement repris la thématique :

93

94Et dans ce domaine, le travail du dessinateur britannique Polyp est unique :

95

96

 Mais d’autres utilisent la force du mur lui-même pour rendre compte de cette réalité. La caricature se fait drame :

97

Ce qui est sans doute le plus dérangeant, c’est que le mur appartient désormais à l’univers des cartes de vœux. Et même si cela se veut ironique, il demeure qu’on l’intègre progressivement dans l’imagerie populaire. Et l’ironie s’efface derrière l’art. Avec, en filigrane, une forme d’acceptation.

9899

991

Mais si on doit en rire, il reste la version païenne. Moins triste, et tout aussi réelle :

992993Pour terminer on laissera le mot de la fin au mur :

994

Car ils finissent toujours par tomber…

Enfin… Peut-être pas le mot de la fin, car en attendant, leur nombre continue à augmenter…

Plus de murs dans un monde sans frontières (1945-2015)

Sans titresource: Élisabeth Vallet @ 2015

 

Infographie par le Courrier International d’après nos données

1253-infographie-2

 

Bulgarie: ça commence aujourd’hui!

En passant

C’est parti, la Bulgarie construit une barrière le long de sa frontière avec la Turquie – elle avait été amorcée en fait par l’armée bulgare au cours de l’automne. Les travaux pourront durer jusqu’à 2 mois, pour plus de 7 millions de dollars canadiens, tout cela pour enrayer l’arrivée de réfugiés syriens qui fuient la guerre civile.

 

Murs d’argent

En passant

Ce papier a été publié en novembre 2013 sur le blogue Visions Cartographiques, du Monde Diplomatique.

Et la frontière devint un marché prospère et militarisé…

Septembre 2013. Enclave espagnole de Melilla (nord du Maroc).

L’assaut est donné juste avant l’aube, le plus violent depuis 2007. Une fois encore, une fois de plus, des migrants se sont jetés contre la barrière frontalière qui sépare le Maroc de Melilla dans l’espoir de pénétrer l’espace Schengen. Le lendemain, une centaine sont passés et viennent grossir les rangs de ceux qui sont déjà retenus dans cette petite enclave de 80 000 habitants, dans des camps en large surcapacité.

Au même moment, à Ceuta, d’autres migrants tentaient la même manœuvre, mais en passant par la mer, à la nage. Les deux petites enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla sont désormais une des principales portes d’entrée de l’Union européenne pour les migrants qui arrivent de presque partout en Afrique. Et depuis 2011, le « ressac » provoqué par les révoltes arabes a accru la pression aux frontières de l’espace Schengen. Et crispé les Etats européens.

JPEG - 530.5 ko
© Chappatte. Avec l’aimable autorisation de l’auteur. Dessin paru dans la « NZZ am Sonntag », Zürich – www.globecartoon.com

Alors que la mondialisation atténue les frontières, les Etats riches sont paradoxalement en train de les réaffirmer. Face à des flux qu’ils pensent ne pas pouvoir maîtriser, ils dressent des murs dans l’urgence. Des murs pour rassurer leurs populations qui y voient une manière de canaliser les flux de migrants. Des murs qui, dans un univers où l’on veut « éliminer les risques », permettent en apparence de répondre à un enjeu de sécurité auquel l’Etat-prescripteur ne croit pouvoir répliquer que de manière unilatérale et asymétrique.

Lire « Voyage aux marges de Schengen », Le Monde diplomatique, avril 2013Les murs reflètent le besoin qu’ont les Etats de se « sanctuariser » (comme l’Inde, l’Arabie saoudite ou encore la Chine dont les tendances à s’emmurer s’affirment de plus en plus) ou de redéfinir leur souveraineté (comme la Russie qui a annoncé — en septembre 2013 — la construction d’une double barrière le long de sa frontière… avec la Norvège !). Dans ce contexte, la frontière devient alors un objet qu’il faut surveiller, filmer, bétonner, blinder, armer.

Le mur cristallise le contraste entre deux espaces : celui de la sécurité et celui du risque. De fait, il devient le moyen de répondre à un enjeu classique (pression migratoire) devenu une question de sécurité (menace terroriste), alors que cet enjeu pourtant très localisé (le long de la frontière) prend des accents nationaux (la frontière est intégrée dans la dimension sécuritaire nationale).

JPEG - 760.4 ko
Le mur à Jérusalem
Photo : Elisabeth Vallet, 2010.

Or depuis 2001, deux « menaces » — les flux migratoires et les mouvements de groupes terroristes — ont fini par se confondre et se superposer dans les discours légitimant l’érection de nouveaux murs — y compris dans des Etats dits démocratiques. Ainsi en va-t-il d’Israël le long des 240 kilomètres de sa frontière avec l’Egypte, le long de la frontière jordanienne (depuis janvier 2012 et confirmé par l’annonce d’une nouvelle barrière en octobre 2013), de la frontière libanaise et, bien entendu, dans les territoires occupés.

De son côté, l’Inde, après celle réalisée pour s’isoler du Pakistan, en achève une deuxième autour du Bangladesh pour limiter la contrebande, l’immigration et l’« éventualité terroriste », et en amorce une troisième (semble-t-il) le long de sa frontière avec la Chine.

L’Espagne figure également au tableau des démocraties fortifiées : le Maroc (qui a construit graduellement depuis 1981, un mur de sable — Berm — au Sahara occidental pour isoler le front Polisario), voit son territoire marqué par deux barrières érigées en 1998 et triplées après 2005 autour des enclaves espagnoles de Melilla et de Ceuta pour empêcher le passage des migrants.

De leur côté, les Etats-Unis poursuivent la construction de la barrière de 930 kilomètres qui les sépare déjà du Mexique — même si l’administration Obama a décidé de suspendre, en mars 2010, le programme trop onéreux de « frontière virtuelle ».

La Grèce a achevé, en janvier dernier, un mur le long de sa frontière avec la Turquie pour, là aussi, « freiner » le passage des migrants. Enfin, la Bulgarie vient d’approuver la construction d’une nouvelle barrière frontalière sur 30 kilomètres le long de sa frontière avec la Turquie.

JPEG - 260.4 ko
Toujours plus de murs dans un monde sans frontières : nombre de murs frontaliers, 1945-2012
Données compilées par Élisabeth Vallet et la Chaire Raoul-Dandurand avec l’appui d’une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

Alors que l’annonce par la Turquie, en septembre et octobre 2013, de la réalisation d’un mur frontalier en deux points de sa frontière avec la Syrie mobilise les notables kurdes des villes affectées, les discours de légitimation des murs se nourrissent de deux types d’arguments :

- Le premier met l’accent sur le fait de freiner ou d’empêcher le passage des migrants. C’est le cas des frontières entre :

  • Ceuta, Melilla et Maroc
  • Turkménistan et Ouzbékistan
  • Ouzbékistan et Afghanistan
  • Chine et Corée du Nord
  • Emirats Arabes Unis et Oman
  • Brunei et la Malaisie
  • Inde et Bangladesh
  • Grèce et Turquie
  • Turquie et Syrie

- Le second est axé sur la prévention du terrorisme ou des trafics (drogue, armes, métaux précieux, êtres humains). C’est le cas des frontières entre :

  • Iran et Pakistan
  • Égypte et Gaza
  • Ouzbékistan et Kirghizstan
  • Israël et Palestine
  • Brunei et Malaisie
  • Thaïlande et Malaisie
  • Arabie Saoudite et Yémen
  • Irak et ses voisins

Mais cette « classification » n’est pas aussi tranchée, puisque Washington par exemple, justifie aussi l’existence de son mur avec le Mexique par la lutte contre le narcotrafic. Ce double argumentaire est aussi valide en Asie centrale ou aux frontières de l’Inde.

Répondre à cet éventail d’objectifs (surveiller et fermer la frontière) exige l’utilisation de technologies élaborées et complexes, lesquelles ont favorisé l’émergence d’un nouveau marché international de la sécurité. Ainsi, le blindage de la frontière, qui s’appuie sur la convergence du civil et du militaire, s’est traduit, avec la fin de la guerre froide, par une mutation du complexe militaro-industriel vers l’industrie de la sécurité.

Il n’y a donc rien de surprenant au fait de trouver, à quatre kilomètres à l’ouest du point d’entrée de Mariposa à Nogales (Arizona), la brigade d’ingénierie de l’armée de l’air : venue d’Alaska, elle y a été déployée pour construire une route de patrouille. Cette manœuvre présentait deux avantages pour la défense américaine : d’une part la brigade appuyait de facto les travaux du département de la sécurité intérieure (Homeland Security) et d’autre part, ce déploiement permettait de former les soldats sur des terrains similaires à ce qu’ils pouvaient trouver, par exemple, en Afghanistan. Le recyclage de plaques de métal datant de la guerre du Golfe, et fournies par l’armée à titre gracieux, témoigne aussi de cette « fusion » entre le militaire et le civil.

JPEG - 1 Mo
Nogales, Sonora.
Photo : Élisabeth Vallet, 2011.

La fusion des univers militaire et sécuritaire est particulièrement patente dans la zone frontalière. Il est logique que la « fortification » frontalière les rassemble : la technologie duale est ainsi au cœur du dispositif. Les exemples abondent.

Israel Aerospace Industries (IAI), à travers l’un de ses sous-traitants, a adapté des technologies militaires au mur, comme celle par exemple du « Plug-in Optronic Payload », constitué de caméras thermiques de haute sensibilité capables de faire le point à quelques kilomètres de distance.

Elbit et ses sous-traitants développent des dispositifs électroniques de détection et des caméras de surveillance LORROS, des véhicules téléguidés terrestres déployés le long du mur israélien sur les routes de surveillance, et le TORC2H system. Kollsman (filiale de Elbit Systems qui est l’une parmi les quelques centaines d’entreprises israéliennes à exporter dans ce domaine) fait partie du consortium agencé autour de Boeing qui travaille à équiper la frontière mexicaine.

De fait, les Israéliens sont présents sur plusieurs marchés, comme en Inde pour les drones et les radars, et en qualité de sous-traitants de certains consortiums, dans les Etats du Golfe. Et toute la technologie des drones et de la robotisation des armées trouve sa traduction dans la « recherche et développement » menée tant en Israël qu’aux Etats-Unis sur la surveillance à distance de la frontière.

Fort de ses 19 milliards de dollars annuels, le marché mondial du « frontalier militaire » est le fruit de la fin de la guerre froide, venu opportunément remplacer le déclin des dépenses militaires et de l’acquisition de systèmes d’armes. Devant ces bouleversements géopolitiques, les industries de défense ont alors dû repenser leurs marchés et leurs objectifs : la « privatisation des marchés de défense » autrefois monopolistiques a facilité la mutation du complexe militaro-industriel.

Mais voilà, les murs n’entravent pas vraiment les flux. Les migrants ne renoncent pas. Ils contournent, utilisent des routes migratoires plus longues, plus dangereuses, sur lesquelles la mortalité est bien plus importante.

JPEG - 1.4 Mo
Toujours plus de morts au pied du mur
Esquisse cartographique de Philippe Rekacewicz, extraite de l’exposition « Cartes en colères » présentée à la maison des métallos à Paris en octobre 2012. Ce document s’appuie sur les méticuleuses recherches du géographe Olivier Clochard, membre du réseau Migreurop.

Le corollaire de cette logique est le développement d’une véritable industrie des tunnels, comme par exemple entre l’Egypte et Gaza ou encore sous la ville de Nogales (à cheval sur la frontière de l’Arizona et de Sonora au Mexique). Le sous-sol est « troué comme du gruyère » et finit par poser de véritables problèmes de sécurité : en 2010, un bus s’était enfoncé dans le sol devenu meuble, juste en face du poste frontalier.

JPEG - 858.5 ko
« Traverser » la frontière en voiture à Yuma…
Source : US Border Patrol, 2012.

Les murs multiplient les effets pervers : comme aux Etats-Unis, où ils vont jusqu’à pérenniser l’implantation durable des travailleurs saisonniers qui renoncent à suivre le rythme des migrations pendulaires de peur de ne pouvoir revenir : fermer la frontière, c’est s’assurer d’obtenir l’effet inverse de ce que les autorités recherchent, puisque cela « fixe » les populations sur place. La construction de murs ne résout rien : elle ne fait que poser une chape de plomb sur un problème qui demeure entier.

Lorsque l’Inde a décidé de construire un mur le long de sa frontière bangladaise, elle l’a fait pour trois raisons :

- Stopper les flux migratoires (arguant d’une pression accrue du voisin « surpeuplé »).

- Enrayer le trafic (la contrebande).

- Prétendument freiner la « menace islamique » (le Bharatiya Janata Party a instrumentalisé la barrière en agitant la menace de l’islam radical).

Pour autant, elle n’a pas réglé les difficultés économiques de son voisin, elle n’a pas empêché le passage d’immigrants sans papiers (ils sont 10 à 20 millions de Bangladais en Inde) et elle n’a pas non plus bridé la montée de la xénophobie. Les barbelés et le béton d’une barrière de 5 mètres de hauteur ne sont qu’un simple voile sécuritaire. Le Bangladesh est engagé dans un rapport asymétrique avec l’Inde.

À la frontière mexicano-américaine, à Nogales, les migrants évitent les zones clôturées de la frontière pour s’aventurer dans le désert, à la merci de leurs passeurs, de la déshydratation, et des brigands. Au Maroc, les migrants attendent en périphérie des enclaves le bon moment pour passer. Lorsqu’ils réussissent, ils sont souvent ramenés de force de l’autre côté… Ils tentent alors leur chance en parcourant des dizaines de kilomètres à travers le désert pour passer par la mer via les Canaries. Mais cette route est infiniment plus dangereuse.

Puisque les murs ne suffisent pas, les Etats-prescripteurs se lancent aussi dans une surenchère de fortifications, considérant qu’il est devenu indispensable de les doubler d’un ensemble de systèmes plus sophistiqués, incluant d’autres barrières, des avions et des drones, des centres de détention publics ou privés, des agents frontaliers, des structures de communication, du renseignement…

La construction des barrières est particulièrement onéreuse. De l’expropriation à sa réalisation, le coût de construction du mur aux Etats-Unis oscillait (selon un rapport du Government Accountability Office de 2008) entre 1 et 4,5 millions de dollars par kilomètre. Il est même monté, pour la région de la réserve naturelle des montagnes Otay et du côté de Smuggler Gutch près de San Diego, à 6,4 millions de dollars par kilomètre. En Israël, le coup initialement prévu de 1 million de dollars par kilomètre est maintenant proche de 2 millions de dollars. L’Union européenne de son côté a contribué à hauteur de 250 millions d’euros à la réalisation de la clôture de barbelés autour de Ceuta, et avait déjà financé 75% de la première barrière entre 1995 et 2000.

Au même moment, le Maroc a englouti environ 40% de son PIB dans la construction du Berm au Sahara, composé d’un mur de 2 700 kilomètres assorti de quatre murs intérieurs de 2 mètres de haut, et équipé de technologies sophistiquées de surveillance.

Et les coûts sont encore plus élevés lorsque la technologie devient inopérante. Ainsi la « Secure Border Initiative » aux États-Unis s’est soldée par un fiasco total. A défaut de pouvoir couvrir la totalité de la frontière mexicaine avec sa « barrière virtuelle de haute technologie », elle a péniblement couvert 85 kilomètres, en engouffrant au passage près d’un milliard de dollars, avant que le département du Homeland Security ne se décide à y mettre un terme (les câbles des tours de surveillance électronique ne résistaient pas à la chaleur, tout comme cela avait été le cas en 1997 avec le Integrated Surveillance Intelligence System). Le programme qui a pris le relais (Arizona Border Surveillance Technology Plan), fondé sur des drones et des radars mobiles, dont le coût est évalué à 1,5 milliards de dollars, pourrait lui aussi très vite déraper, faute de contrôle effectif.

JPEG - 863.2 ko
Souscription publique de l’État d’Arizona pour prolonger le mur frontalier
Source : https://www.buildtheborderfence.com…

Pour faire face à ces coût très élevés, l’Etat d’Arizona a fait une levée de fonds en ligne pour construire une barrière le long de 320 kilomètres de frontière. Echec total : il n’a même pas recueilli de quoi construire le premier kilomètre — il lui fallait 2,8 millions de dollars — l’Etat a annoncé le 6 novembre 2013 qu’il en suspendait la réalisation.

Enfin, le coût d’entretien est également très élevé. Ainsi, le Customs and Border Protection aux Etats-Unis évalue qu’il lui faut 6,5 milliards de dollars pour s’assurer du fonctionnement de la barrière existante pour les vingt prochaines années, expliquant du même souffle qu’ils ont dû réparer les dégradations liées à 4 037 effractions constatées en 2010 pour un coût total de 7,2 millions de dollars.

Israël a prévu la réfection (pour un montant qui pourrait aller jusqu’à 130 millions de dollars) de la barrière de 130 km qui longe la frontière syrienne et l’installation d’entraves additionnelles (rouleaux de barbelés, creusage de fossés, monticules) et de senseurs. Tout cela parce que, conçue il y a quatre décennies et ayant souffert du rude climat du plateau du Golan, elle ne correspond plus, selon les autorités israéliennes, aux « enjeux de sécurité contemporains ».

Le marché de la frontière combine la construction d’infrastructures, de systèmes d’armes, de renseignement, ainsi que des composantes terrestres, marines et aériennes comme les radars et les drones, un ensemble d’éléments qui appartiennent — encore aujourd’hui — à la sphère du militaire.

Hal Rogers — président républicain de la commission des appropriations à la Chambre des représentants — adopte même une définition plus extensive du complexe « sécuritaro-industriel », puisqu’il inclut les entreprises privées qui sont chargées de construire, d’entretenir et d’approvisionner les centres de détention, mais aussi les fournisseurs (alimentaires, textiles par exemple) des agents frontaliers, les compagnies de transports qui fournissent des moyens de locomotion (aériens et terrestres) pour expulser les immigrants, les entreprises locales.

Ce marché est d’une telle ampleur que les petites entreprises sont éclipsées de facto des appels d’offre, à moins qu’elles ne s’allient à un chef de file qui prend alors la tête d’un consortium, comme ce fût le cas de Boeing puis de EADS avec General Dynamics aux Etats-Unis, de Cassidian dans le cadre du programme de drones frontaliers Talarion.

À l’inverse, les Etats-contracteurs sont parfois tenus d’élaborer des accords avec leurs voisins, de façon à pouvoir peser plus lourd dans le processus d’appel d’offres face à ces grands ensembles militaro-sécuritaro-industriels. Or ce sont presque toujours les mêmes acteurs qui remplissent le rôle de chef de file : EADS, BAE Systems (Royaume Uni), DRS Technologies and la Raytheon Corp.(USA), LG Electronics (Corée du Sud), Thales (France) et une flopée de sous-traitants internationaux (dont beaucoup sont israéliens).

C’est ainsi que les grandes industries de défense ont trouvé, dans la fortification des frontières, un nouveau marché lucratif autour duquel elles se sont réorganisées, recyclant l’expertise acquise au cours de la guerre froide et bénéficiant de la privatisation du marché de la frontière et de la sécurité.

Malgré la contraction des budgets de sécurité, une décennie après le 11-Septembre, en pleine crise économique, les débouchés demeurent importants. En atteste l’ampleur que prend le marché saoudien, qui représente actuellement, selon le Homeland Security Research, le plus gros marché frontalier, pour un montant allant au-delà des 20 milliards de dollars sur les dix prochaines années, et qui pourrait doubler d’ici 2015 en raison de l’effet des révoltes arabes sur la « perception d’insécurité » des dirigeants saoudiens.

Pour preuve, le Saudi Guard Development Program qui inclut la réalisation par EADS, le long de la frontière saoudienne, de près de 5 000 kilomètres de système électronique et de détection (avec 225 stations radars reliées à un centre de commandement, 400 postes frontières et baraquements, la formation de 20 000 gardes frontaliers, la fourniture de 20 avions et hélicoptères et de drones, ainsi que le système de communication ACROPOLE développé pour la police française), tandis que le long de la frontière avec l’Irak, s’élève une barrière de 2,5 mètres de haut, décomposée en trois sections (la première est faite de barbelés, la deuxième d’équipements de détection et la troisième relie le tout aux centres de commandement).

Preuve en est également la relance, en avril 2013 et dans la foulée de la destitution du président yéménite, de la construction d’une barrière entre le Yémen et l’Arabie saoudite, longue de 1 800 kilomètres, amorcée en 2003 et interrompue en 2004. Et, pour ne citer que le deuxième marché en importance après le marché saoudien, le Homeland Security a ouvert une série d’appel d’offres qui dépasse le milliard de dollars au cours des douze derniers mois, et ce simplement pour permettre une surveillance constante de la frontière américaine.

JPEG - 1.3 Mo
Le monde emmuré
source : Theo Deutinger, TD Architects.

Même si la carte réalisée par Theo Deutinger d’après le livre de Peter Sloterdijk (In the World Interior of Capital : Towards a Philosophical Theory of Globalization, Polity Press, 2013) comporte quelques omissions (un certain nombre de murs n’apparaissant pas), elle traduit bien l’idée développée par Mike Davis, d’une « grande muraille de la civilisation ».

Alors que le centre de gravité des relations internationales semble se déplacer vers des BRICS avides de sécurité (et qui ont les moyens de la financer), lesquels pays développent un « complexe de l’emmurement », le mouvement ne paraît pas devoir ralentir. Et au cours de la seule année 2013, le rythme des annonces de nouveaux murs frontaliers ne fait que s’accélérer.

Pour autant, le complexe sécuritaro-industriel n’est pas l’unique vecteur de l’essor des murs : bien avant le 11-Septembre, les Etats avaient commencé à penser au « système mur » pour leurs frontières alors qu’ils étaient confrontés au mouvement — anxiogène — toujours plus puissant et rapide de la mondialisation.

Dans le même temps, les industries de défense avaient amorcé leur reconversion avant même la fin de la guerre froide. Il n’en fallait pas plus pour que, face à la perception d’une menace asymétrique, la « barrière frontalière » devienne la panacée, autant pour l’industrie que pour les Etats.

JPEG - 1.1 Mo
Un monde sanctuarisé
Esquisse cartographique de Philippe Rekacewicz, extraite de l’exposition « Cartes en colères » présentée à la maison des métallos à Paris en octobre 2012.

Car les murs frontaliers sont avant tout des murs d’argent : ils séparent les riches des pauvres, le Nord du Sud, les « élus » des exclus. Ils constituent également un luxe que seuls les Etats les plus riches peuvent se permettre : ils représentent bien plus une thérapie collective nationale que des ouvrages de défense au sens classique du terme.

JPEG - 759.5 ko
Etats-Unis, deux frontières, deux réalités : au nord avec le Canada…
Cultus Lake, Colombie Britannique – Photo : Élisabeth Vallet, 2010.
JPEG - 668 ko
… Au sud avec le Mexique
Nogales, Sonora – Photo : Élisabeth Vallet, 2011.

Quelques ouvrages, quelques liens pour aller plus loin

- Wendy Brown, Murs. Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique, Les Prairies Ordinaires, 2009.

- Michel Foucher, L’obsession des frontières, Perrin, 2007.

- Reece Jones, Border Walls : Security and the War on Terror in the United States, India and Israel, Zed Books, 2012.

- Philippe Rekacewicz, Frontières, migrants et réfugiés (Études cartographiques), exposition présentée aux Carrefours de la pensée au Mans en 2007 et partiellement reprise dans l’exposition « Cartes en colères », présentée à la Maison des Métallos à Paris en 2012.

- The Border-Industrial Complex Goes Abroad par Todd Miller, 19 novembre 2013.

- Le marché juteux de la surveillance des frontières par , El Watan, 18 novembre 2013.

Elisabeth Vallet est professeure associée au département de géographie et directrice scientifique de la Chaire-Raoul-Dandurand, université du Québec à Montréal (UQAM). Elle dirige l’antenne québécoise du programme de recherches « Borders in Globalization » de l’Université de Victoria au Canada.

Bulgarie: une autre frontière murée

En passant

Incapable de faire face au flot continu de réfugiés syriens, la Bulgarie vient d’approuver la construction d’une nouvelle barrière frontalière de 30 kilomètres de long du territoire turc. Alors que son intégration à l’espace Schengen est en discussion, l’état de sa frontière avec la Turquie est un enjeu crucial. La Bulgarie reçoit 7 fois plus d’immigrants illégaux qu’il y a de cela seulement une année : la pression ressentie par ce pays qui est dans la queue de peloton des États de l’Union européenne en termes de PNB est donc grande. D’où l’érection d’une nouvelle (52e) barrière frontalière dans le monde, après celle la semaine dernière de la frontière turco-syrienne.

Faire le mur

L’affaire est sortie sous la plume de McDaniel, au Yuma Sun et continue à battre en brèche l’idée que le mur frontalier entre le Mexique et les Etats-Unis sert « vraiment » à enrayer le trafic de drogues, d’armes et d’êtres humains. Cette fois-ci, les trafiquants ont envisagé, plutôt que de courir le risque d’utiliser des mules, de traverser la rivière du Colorado, pour entrer en territoire américain, tout en étant à l’extérieur de la barrière. Et oui, le mur frontalier a ainsi créé des enclaves de territoire américain, qui sont coincées entre la frontière politique et la barrière physique. Toujours est-il que, de là, le 7 décembre au soir en Arizona, les trafiquants de drogue ont utilisé un canon à air comprimé pour propulser 33 boîtes de conserves contenant plus de 40 kilos de… marijuana. Il y a donc une corrélation étroite entre le durcissement des mesures pour sécuriser la frontière et le recours par les trafiquants à des moyens moins classiques dans des zones habituellement moins marquées par les questions de trafic. Car c’est dans cette même région, rappelle le Yuma Sun, que l’on a découvert, en juillet dernier, un tunnel de 230 mètres de long, 18 mètres sous la surface, reliant un commerce mexicain à un commerce américain de San Luis en Arizona, et qui avait servi, pendant six mois, au trafic d’armes et de drogue. En août, ce sont des ballots de marijuana qui sont découverts après avoir été largués en sol américain depuis un ULM. Enfin, en octobre, ils utilisent une rampe d’accès pour essayer de faire passer une Jeep transportant de la marijuana par dessus la barrière. Bref ce mur ne sert à rien. Ou en tout cas pas à ce pour quoi les gouvernements disent qu’il devrait servir . Ce qui revient sans doute au même, sauf pour les migrants.

 

Le mur qui ne servait à rien…

30 octobre 2012. Désert d’Arizona, Yuma.

Le Border Patrol l’a découverte,  accrochée en haut de la barrière frontalière de 4 mètres de haut. Une Jeep, laissée là par des passeurs, qui avaient imaginé conduire la voiture par-dessus au moyen de rails en métal. Les rampes ont cédé et, le temps que le Border Patrol arrive, les trafiquants avaient filé avec le contenu du coffre (plein de Marijuana si on en croit les tests).

photos USCBP – domaine public

Comme le signale Rodrigo Nieto-Gomez sur son blogue, ce n’est pas la première fois que les trafiquants testent ce procédé, loin s’en faut :

 mais le paradoxe est que l’agence frontalière américaine présente cet événement comme un de leurs succès (les photos ont été prises et diffusées par leurs services) alors qu’il représente une autre forme de contournement du mur frontalier.

Preuve, si besoin était  qu’un mur ne sert… à rien.

Toute l’ambivalence des murs frontaliers repose sur le fait quela mondialisation a cet étrange effet de pousser des États à ériger de véritables murs le long de leurs frontières, alors que tombent les barrières commerciales et économiques. Il s’agit de ces  murs frontaliers comme il y en a près de cinquante aujourd’hui. Et dont le nombre ne cesse d’augmenter depuis 2001 , (il a triplé depuis la fin de la guerre froide) pour fortifier désormais près de 30 000 kilomètres de frontières.

sous License wikicommons

L’évolution la plus significative est que certaines démocraties (et non des moindres : les États-Unis, l’Espagne, Israël, l’Inde et plus récemment la Grèce) ont estimé que leur sécurité reposait sur le blindage de leur territoire. Même la frontière américano-canadienne connaît des pressions similaires : au point où une étude d’impact diffusée il y a un an par le Homeland Security envisageait un scénario de  « barriérisation sélective » de la frontière parmi les scénarii de rénovation de la frontière.

Or, la frontière septentrionale des Etats-Unis ressemble à ça :

 

Frontière en Colombie-Britannique, Cultus Lake – Crédits photos : Élisabeth Vallet

Alors que la frontière méridionale des États-Unis est, pour sa part, protégée, clôturée, surveillée, armée  le long du Rio Grande, avec des check points, postes avancés de la frontière, positionnés à  l’intérieur des États d’Arizona et de Californie.

 

Surveillance distante – Check point en Arizona; zeppelin au-dessus du désert d’Arizona; barrière dans le désert de Sonora. Crédits photos : Élisabeth Vallet


Nogales, Arizona – Crédits photos : Élisabeth Vallet

Pourtant les murs ne servent généralement pas l’objectif pour lequel ils ont été construits (ex-murer l’Autre, repousser l’Étranger). Plus encore, ils finissent par générer des logiques de transgression, favorisant l’économie et les flux souterrains, les rendant plus difficiles encore à contrôler, et rendent les migrants considérablement plus vulnérables.

Ils multiplient certains effets pervers, allant par exemple aux États-Unis jusqu’à pérenniser une implantation durable des travailleurs clandestins alors que grand nombre d’entre eux suivaient des migrations saisonnières et temporaires – altérant le profil démographique du pays hôte, aboutissant à l’effet inverse de celui recherché.

La construction des murs stimule également une véritable industrie des tunnels, comme en témoigne leur foisonnement sous la ville de Nogales – à cheval sur la frontière de l’État d’Arizona et de Sonora – dont le sous-sol ressemble à l’emmenthal suisse, posant d’ailleurs de véritables problèmes de sécurité (en 2010, un bus s’était enfoncé dans le sol devenu meuble, juste en face du poste frontalier).

 source: http://www.tucsonnewsnow.com/Global/story.asp?S=13448184

 Les murs ont également un impact désastreux sur l’environnement. Ils contribuent à isoler des écosystèmes entiers au point d’altérer durablement leur environnement (comme l’a constaté en 2003 une équipe de l’Université de Pékin, en identifiant des évolutions génétiques différenciées de la flore de part et d’autre de la grande muraille de Chine), ils affectent immédiatement les migrations animales et mettent en danger la biodiversité comme le démontre une étude de 2011 conjointe de l’université du Texas à Austin et  de l’Université de Californie à San Diego. Dûment documentés, les impacts sont parfois très concrets comme par exemple dans le parc du  Organ Pipe National Monument où, en août 2011, lors de précipitations soudaines, la barrière avec la Mexique s’est improvisée d’abord en barrage hydrique, pour ensuite en cédant, littéralement lessiver une zone considérable (et fragile) du parc national.

En fait les gouvernements construisent moins ces murs pour véritablement se protéger que pour apaiser. Les frontières blindées traduisent simplement l’angoisse sécuritaire des États qui se sentent mis à mal par une mondialisation anxiogène.

source: Atlas du Monde diplomatique.

Et les murs frontaliers finissent en fait par être des murs d’argent : ils dissocient les riches des pauvres, le Nord du Sud, les nantis des exclus. Ils constituent également un luxe superfétatoire que seuls certains États peuvent se permettre et constituent plus une thérapie collective nationale qu’un ouvrage de défense au sens classique du terme.

 

Turquie: un nouveau mur à la frontière syrienne

 

Malgré les timides démentis des officiels turcs  , les habitants de la province de Mardin n’en démordent pas : la Turquie a amorcé la construction d’un mur de 2 mètres de haut le long de sa frontière avec la Syrie (photos disponibles ici )

111111

C’est le deuxième mur que la Turquie choisit d’élever le long de sa frontière méridionale, et même si ce n’est qu’une fraction de la frontière longue de 900 kilomètres, l’objectif est de cibler des zones plus poreuses. Au mois de mai dernier, Ankara avait décidé de blinder la zone de Cilvegozu au nord d’Alep en élevant un double mur sur 2,5 kilomètres. Et en ce mois d’octobre, c’est en pleine zone urbaine que les travaux débutent : en effet, si ce n’était de la ligne frontalière, Nusaybin en Turquie, et Kameshli en Syrie feraient partie de la même agglomération . Comme toujours les villes jumelles sont des zones de culture commune mais aussi des zones de passage, de trafic. Bien souvent, et jusqu’à ce que les discours sécuritaires s’en mêlent, il n’y a pas pour ainsi dire pas de démarcation.

 

Mais le conflit en Syrie a généré des flots de réfugiés considérables vers le Nord (ils sont 500 000 environ en Turquie, soit le quart des personnes qui ont fui le territoire syrien) et la violence franchit parfois la frontière (comme en février  et en septembre 2013 ). La difficulté, pour le gouvernement turc, est la maîtrise de son territoire : construire un mur permet de créer des zones de transit obligées, là où auparavant le franchissement était relativement aisé.

Cette nouvelle construction confirme donc la progression du blindage des frontières au Moyen-Orient mais aussi dans le monde :

 222222

Source : Toujours plus de murs dans un monde sans frontières : Élisabeth Vallet d’après données compilées

La Chaire Raoul-Dandurand organise les 17 et 18 octobre prochain un colloque sur les murs frontaliers et le blindage des frontières : http://www.dandurand.uqam.ca/murs2013

Ce papier a été initialement publié ici

Borders, Walls and Security Program – Frontières, murs et sécurité: le programme

P1040963

Direct link : http://www.dandurand.uqam.ca/walls2013/

Registration online: http://www.dandurand.uqam.ca/evenements/evenements-a-venir/1150-borders-walls-and-security-conference.html

Thirty years after the fall of the Berlin Wall, the question still remains « Do good fences still make good neighbours »? Since the Great Wall of China, construction of which began under the Qin dynasty, the Antonine Wall, built in Scotland to support Hadrian’s Wall, the Roman « Limes » or the Danevirk fence, the « wall » has been a constant in the protection of defined entities claiming sovereignty, East and West. But is the wall more than an historical relict for the management of borders? In recent years the wall has been given renewed vigour all around the world, whether in North America, in Europe (with the Greek border fence), in Asia (for instance in India) or in Middle East. But the success of these new walls in the development of friendly and orderly relations between nations (or indeed, within nations) remains unclear. What role does the wall play in the development of security and insecurity? Do walls contribute to a sense of insecurity as much as they assuage fears and create a sense of security for those ‘behind the line’? Exactly what kind of security is associated with border walls?


Program (PDF)


THURSDAY, OCTOBER, 17TH, 2013

Walls in International Relations

8:00 am to 8:15 am Registration


8:15 am to 8:30 am
Welcome

  • Elisabeth Vallet, Adjunct Professor, Department of Geography and Research director of Geopolitics at the Raoul Dandurand Chair, UQAM

8:30 am to 9:00 am
Opening Remarks

  • Philippe Rekacewicz, Geographer and cartographer, Le Monde diplomatique, France

9:15 am to 10:45 am
Workshop 1

Global Narratives and the Resurgence of Borders

  • Walls as security mechanism

Polly Pallister-Wilkins, Assistant Professor, Department of Politics, University of Amsterdam, The Netherlands.

  • The International will be Everywhere in the Neo-Liberal, Hyper-Security Endgame: Walls, Borders and Emerging Regimes of Deterrialization and Spatial Fragmentation

Robert Latham, director of the Centre for International and Security Studies, and associate professor of Political Science, at York University in Toronto.

  • Mapping the border-security industry: how borders and walls grow through the market?

Vincent Boulanin, Ph.D. Candidate in Political Science at École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Paris, Associated Research Fellow at Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Stockholm, and Renaud Bellais, Ph.D., Associate Professor of economics at École Spéciale Militaire de Saint Cyr Coëtquidan, France.

  • La matérialisation des asymétries frontalières par le cloisonnement des espaces et filtrage des populations. Éléments d’une géographie des murs et de la domination

Fabien Guillot, Maître de conférences en géographie, Université de Caens Basse-Normandie.

  • Globalisation et construction de murs : Hypothèses d’explication

Mimoun Attaheri, Professeur de relations internationales et de sciences politiques, Faculté pluridisciplinaire, Nador, Maroc.

Chair: coming

10:45 am to 11:00 am Coffee Break


11:00 am to 12:30 pm
Workshop 2

Case Studies of Walls in History : Past and Present

  • Defining the Nation in the City: Anti-Roma Walls in Eastern Europe

Ulrich Best, DAAD Visiting Professor, Canadian Centre for German and European Studies, Department of Geography, York University, Toronto, Canada.

  • The Post-NAFTA circulation regime. The dual function of the barricaded Mexico-US border

Isidro Morales, Director EGAP, Tecnologico de Monterrey, Campus Estado de México.

  • Frontières étatiques et internationales sans territoire : le Saint-Siège sur la scène internationale depuis les accords de Latran (1929)

François Mabille, Professeur de relations internationales à l’Université catholique de Lille, chercheur statuaire au sein du groupe Sociétés, Religions, Sociétés au CNRS et membre associé, Observatoire sur les missions de paix et opérations humanitaires, Chaire Raoul-Dandurand, UQAM.

  • Border discrimination against American Indians & Metis/Metizos in North America

Laurence Armand French, Affiliate Professor, Justiceworks Institute Social Science Department, University of New Hampshire, and Magdaleno Manzanzrez, Professor & Department Chair, Social Science Department, Western New Mexico University.

  • Israeli Separation Barriers: Contexts, Impacts and Effectiveness

Said Saddiki, Associate Professor at Al-Ain University of Science and Technology, UAE.


12:30 pm to 1:30 pm
Lunch*

Showing of the documentary « De l’autre côté de la ligne »

  • Yvon Guillon (To be confirmed), Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, Médiation culturelle et scientifique, Production audiovisuelle/média.

1:30 pm to 3:00 pm
Workshop 3

Case Studies on Walls and Reinforced Borders

  • In the name of Security: Violations at the Barmer Border

Bani Gill, Post Graduate Student pursuing the Erasmus Mundus Masters European Master in Migration and Intercultural Relations, Kampala, Uganda.

  • The U.S.-Mexico Border Project: Tracing the physical and psychological borderlands

Susan Harbage Page, Assistant Professor in Women’s and Gender Studies, Affiliate Faculty in Global Studies, University of North Carolina at Chapel Hill, USA.

  • La privatisation des checkpoints israéliens : redéploiement néolibéral de l’occupation

Shira Havkin, doctorante Sciences Po/CERI, France.

  • Le mur de séparation entre Israël et le Liban: origines, construction et fonctions

Daniel Meier, Senior Associate Member at St Antony’s College – University of Oxford, and Visiting Fellow of the Center for Lebanese Studies, United Kingdom.

  • Les frontières entre Jordanie/Syrie; Irak/Syrie/Iran/Turquie

Cyril Roussel, docteur en géographie, Chercheur à l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO), Amman, Jordanie.

Chair: coming

3:00 pm to 3:15 pm Coffee Break


3:15 pm to 5:00 pm
Workshop 4

Environmental and Social Impacts

  • Passive Borders, Active Ecologies

Yehre Suh, Adjunct Assistant Professor in the Department of Architecture, Bernard College/Columbia University, USA.

  • Increasing Economic and Environmental Resilience in the US-Mexico Border Region of the Rio Grande

Catherine Hallmich, Project Coordinator at the Commission for Environmental Cooperation, Montreal, Canada.

  • Une Frontière en Mouvance: Le Sahara

William Miles, Professor of Political Science, Northeastern University Boston, Massachusetts, USA.

  • Des murs qui s’érigent et des températures qui montent : Sécurité humaine, contraintes au mouvement et crises environnementales

François Gemenne, Chercheur et Maître de conférences, Iddri – Sciences Po Paris/ CEDEM – Université Liège, et Pauline Brücker, Chercheure, Iddri – Sciences Po Paris.

  • National Security, Geopolitics and Democratic Deficit: Indian Infrastructure Building along the Sino-Indian border in Arunachal Pradesh and its impact on local communities and environment

Mirza Zulfiqur Rahman, Doctoral Candidate, Department of Humanities and Social Sciences, Indian Institute of Technology, India
Chair: coming


5:00 pm to 5:50 pm
Conference

Borderline Art

  • Ian Howard, Dean of the College of Fine Arts at the University of New South Wales, Sydney, Australia.

6:00 pm to 7:00 pm
Poster session and cocktail

Borders and Walls – Global Analysis

  • Geopolitical Factors Effective on role and function of the International Boundaries with emphasis on the borders Islamic Republic of Iran

Seyyed Hadi Zarghani, Assistant Professor in Political Geography and Geopolitic, Ferdowsi University of Mashhad (FUM), Iran.

  • Walls of Money: Securitization of Border Discourse and Militarization of Markets

Elisabeth Vallet, Adjunct Professor in Geography and Geopolitic, UQAM, Montreal.

Case Studies on Walls, Fences and Reinforced Borders

  • India-Bangladesh Border Wall: Order and Prosperity or Wishful Thinking?

Elena Lchezarova Dabova, PhD Student at Saint-Petersburg State University, School of International Relations.

  • The DMZ and the Three Koreas: A Sociological Institutional Analysis of Security in the Korean Peninsula

Alexandre Léger, Master’s Student at the Department of Political Science, Concordia University.

  • El Muro Marroqui en el Sáhara Occidental

Elisa Pavón, Periodista Asociación « Rio de Oro, Gaici Nah Bachir, Investigador « Red de Estudios sobre Efectos de Muro y Minas en el Sahara occidental ».

Art & Borders

  • Presentation of New World Border : Artists Respond to the US/Mexico Border Wall

Art Hazelwood, renowned artist, impresario and instigator, San Francisco, USA.


FRIDAY,  OCTOBER, 18th 2013

Walls and Identities

8:00 am to 8:15 am Registration


8:15 am to 9:00 am
Opening Address

  • Border Walls and Global Apartheid

Reece Jones, Associate Professor and Chair of Graduate Studies, Department of Geography, University of Hawai’i at Manoa, USA.


9:15 am to 10:45 am
Workshop 5

Building of National, Local and Transnational Identities

  • Boundary Lines: Canada, the U.S. and the Geopolitics of Othering

Heather Nicol, Associate Professor, Department of Geography, Trent University, Peterborough, Ontario, Canada.

  • Construction of local identities alongside Schengen border – Bordering and crossbordering processes along Croatia-Slovenia border

Marta Zorko, Assistant Professor at the Faculty of Political Science, University of Zagreb, Ivan Sulc, MA graduate and junior researcher at University of Zagreb, and Marko Kovacic, Ph.D. student in Social Sciences, University of Ljubljana.

  • Festive security: Reveling in patriotism on the U.S.-Mexicano Border

Elaine A. Peña, Assistant Professor of American Studies, George Washington University, Washington, D.C

  • Robert Frost’s Ambivalence: Borders and Boundaries in Poetic and Political Discourse

Kenneth Madsen, Assistant Professor of Geography, Ohio State University at Newark, USA, and D.B. Ruderman, Assistant Professor of English, Ohio State University at Newark, USA.

  • Et si le barbelé faisait le mur? Politique et poétique d’une violence symbolique

Bénédicte Tratnjek, doctorante en géographie, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand) et chercheure à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Paris.

Chair: coming

10:45 am to 11:00 am Coffee Break


11:00 am to 12:45 pm
Workshop 6

Identity of the Wall, Identities of the Borders

  • Mental Walls, Bounded Identities: The Finnish-Russian Spectacle of Othering

Jussi Laine, Researcher at the Karelian Institute, University of Eastern Finland.

  • « Lo mas bonito de Tijuana es San Diego » : La movilidad como recurso y referente de identidad en Tijuena, México

Amalia Campos Delgado, Researcher at the Research Center : El Colegio de la Frontera Norte, México.

  • Les frontières basques peuvent-elles disparaître au sein de l’espace européen?

Jean-Marie Izquierdo, Professeur associé au département de science politique, l’IUT de Bayonne et du Pays basque, France.

  • Haïti: un espace national, entre les murs

Marie Redon, MCF en Géographie, Université Paris 13, France.

  • Mutating Borders According to the Propaganda Balloons in the Korean Demilitarized Zone

Dongsei Kim, Adjunct Assistant Professor of Architecture, Columbia University, Graduate School of Architecture, New York, USA.


12:45 pm to 1:30 pm
Lunch*

Showing of the documentary « Connected Walls »

  • Sébastien Wielemans, producer and filmmaker, Bruxelles

1:30 pm to 3:00 pm
Workshop 7

Identity of the Wall, Border discourses

  • Exhibiting the Frontier: Border politics and the visual turn

Lee Rodney, Associate Professor, Media Art History and Visual Culture, University of Windsor, Canada.

  • Mapping the West Bank Wall: International Law as a Discursive Tool in Visual Arguments

Christine Leuenberger, Senior Lecturer at the Department of Science & Technology Studies, Cornell University, Ithaca, New York.

  • Constructing a « Wall »: Naming and the Politics of Israeli « Security Fence »

Emily Regan Wills, Adjunct Professor at the School of Political Studies, University of Ottawa.

  • Fencing the Border: The Identity Crisis of « We » and « They »: A Case Study of Bangladesh and India

Iqbal Shailo, Ph.D., Carleton University, Ottawa.

  • Chameleon Walls : Inside two configurations of pro-« security fence » actors in Israel and in Arizona

Damien Simonneau, PhD Candidate in Political Science, Centre Emile Durkheim/Sciences Po Bordeaux, et chercheur à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Paris.

Chair: coming

3:00 pm to 3:15 pm Coffee Break


3:15 pm to 4:45 pm
Workshop 8

Walls & Migrations 1

  • African migrants, security measures and a new fence: The Egyptian-Israeli Border from the soldiers’ point of view

Dr. Nir Gazit and Dr. Efrat Ben-Zeev, The Ruppin Academic Center, Emek Hefer and The Truman Institute for the Advancement of Peace, Hebrew University, Jerusalem, Israel.

  • Mediterranean Border Walls as a Driver of Regional Insecurity

Craig Damian Smith, Ph.D. Candidate, Department of Political Science, University of Toronto.

  • « None is Too Many »: Geographic and Legislative Segregation of Roma Refugee Claimants

Petra Molnar Diop, Centre for Refugee Studies, York University.

  • Palestinian Child Labor in Israel: Segregation through Contact

Omri Grinberg, Ph.D. Student in Anthropology and the Centre for Jewish Studies, University of Toronto, Canada.

  • Géopolitique des clôtures européennes de mise à distance de l’immigration subsaharienne

Michel Douryang Domga, Assistant – Institut Supérieur du Sahel – Université de Maroua, Cameroun.

  • Fencing the Sea Borders? Making Sense of EU new Digital Borders

Rocco Bellanova, Researcher Peace Research Institute Oslo, Norway, and Denis Duez, Professor, Université Saint-Louis, Bruxelles

Chair: coming

5:00 pm to 5:15 pm Coffee Break


5:15 pm to 6:15 pm
Workshop 9

Walls & Migrations 2

  • Biopolitical Surveillance and Resistance at the Greece-Turkey Borders

Özgün E. Topak, PhD candidate, Queen’s University, Sociology Department, Ontario.

  • Racialized Borders: Hypothesizing the Diasporic Implications of Discriminatory Surveillance at Canadian Borders

Alana Saulnier PhD Candidate at Queen’s University and Research Fellow at the Surveillance Studies Centre and Dr. Steven Downing, Assistant Professor at the Faculty of Social Science and Humanities, University of Ontario Institute of Technology.

  • From Smart Borders to Perimeter Security: The Canadian Border and the Shrinking Rule of Law

Ciara Braken-Roche, Alana Saulnier and Özgun Topak, Queen’s University, Kingston, Ontario.

Chair: coming


6:15 pm to 6:30 pm
Concluding remarks

Marcello di Cintio, author.

Le mur, pomme de discorde entre l’Inde et le Myanmar

 

L’information serait presque passée inaperçue… d’autant qu’elle ne concerne qu’une infime portion des frontières indiennes (10 km), quelques kilomètres le long de la Birmanie, à Moreh… ce qui, au prorata du kilométrage de murs frontaliers qu’a réalisé l’Inde le long de sa frontière avec le Pakistan, puis avec le Bangladesh, demeure dérisoire.

Pourtant cette histoire rapportée par le Hindu raconte la vie quotidienne de ceux qui vivent au pied du mur : la séparation, l’exclusion, la ségrégation. Et l’enclavement. Ou, en l’espèce l’exclavement (pour utiliser un barbarisme). Car les murs créent en effet des exclaves, où les citoyens d’un pays sont de facto rejetés de l’autre côté. C’est ici le cas du village de Ukhrul, Choro qui pourrait se retrouver côté birman, au grand dam de sa population et des officiels qui se mobilise activement depuis une dizaine de jours pour éviter que le règlement d’un vieux différend frontalier ne se fasse à leurs dépends.

All you want to know about the International Conference on Borders and Walls in Montreal

is here: http://www.dandurand.uqam.ca/walls2013/

Presentation

Thirty years after the fall of the Berlin Wall, the question still remains « Do good fences still make good neighbours »? Since the Great Wall of China, construction of which began under the Qin dynasty, the Antonine Wall, built in Scotland to support Hadrian’s Wall, the Roman « Limes » or the Danevirk fence, the « wall » has been a constant in the protection of defined entities claiming sovereignty, East and West. But is the wall more than an historical relict for the management of borders? In recent years the wall has been given renewed vigour all around the world, whether in North America, in Europe (with the Greek border fence), in Asia (for instance in India) or in Middle East. But the success of these new walls in the development of friendly and orderly relations between nations (or indeed, within nations) remains unclear. What role does the wall play in the development of security and insecurity? Do walls contribute to a sense of insecurity as much as they assuage fears and create a sense of security for those ‘behind the line’? Exactly what kind of security is associated with border walls?

Organizers

  • Raoul-Dandurand Chair, UQAM
  • Association for Borderland Studies

Program (PDF)


THURSDAY, OCTOBER, 17TH, 2013

Walls in International Relations

8:00 am to 8:15 am Registration


8:15 am to 8:30 am
Welcome

  • Elisabeth Vallet, Adjunct Professor, Department of Geography and Research director of Geopolitics at the Raoul Dandurand Chair, UQAM

8:30 am to 9:00 am
Opening Remarks

  • Philippe Rekacewicz, Geographer and cartographer, Le Monde diplomatique, France

9:15 am to 10:45 am
Workshop 1

Global Narratives and the Resurgence of Borders

  • Walls as security mechanism

Polly Pallister-Wilkins, Assistant Professor, Department of Politics, University of Amsterdam, The Netherlands.

  • The International will be Everywhere in the Neo-Liberal, Hyper-Security Endgame: Walls, Borders and Emerging Regimes of Deterrialization and Spatial Fragmentation

Robert Latham, director of the Centre for International and Security Studies, and associate professor of Political Science, at York University in Toronto.

  • Mapping the border-security industry: how borders and walls grow through the market?

Vincent Boulanin, Ph.D. Candidate in Political Science at École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Paris, Associated Research Fellow at Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Stockholm, and Renaud Bellais, Ph.D., Associate Professor of economics at École Spéciale Militaire de Saint Cyr Coëtquidan, France.

  • La matérialisation des asymétries frontalières par le cloisonnement des espaces et filtrage des populations. Éléments d’une géographie des murs et de la domination

Fabien Guillot, Maître de conférences en géographie, Université de Caens Basse-Normandie.

  • Globalisation et construction de murs : Hypothèses d’explication

Mimoun Attaheri, Professeur de relations internationales et de sciences politiques, Faculté pluridisciplinaire, Nador, Maroc.

Chair: coming

10:45 am to 11:00 am Coffee Break


11:00 am to 12:30 pm
Workshop 2

Case Studies of Walls in History : Past and Present

  • Defining the Nation in the City: Anti-Roma Walls in Eastern Europe

Ulrich Best, DAAD Visiting Professor, Canadian Centre for German and European Studies, Department of Geography, York University, Toronto, Canada.

  • The Post-NAFTA circulation regime. The dual function of the barricaded Mexico-US border

Isidro Morales, Director EGAP, Tecnologico de Monterrey, Campus Estado de México.

  • Frontières étatiques et internationales sans territoire : le Saint-Siège sur la scène internationale depuis les accords de Latran (1929)

François Mabille, Professeur de relations internationales à l’Université catholique de Lille, chercheur statuaire au sein du groupe Sociétés, Religions, Sociétés au CNRS et membre associé, Observatoire sur les missions de paix et opérations humanitaires, Chaire Raoul-Dandurand, UQAM.

  • Border discrimination against American Indians & Metis/Metizos in North America

Laurence Armand French, Affiliate Professor, Justiceworks Institute Social Science Department, University of New Hampshire, and Magdaleno Manzanzrez, Professor & Department Chair, Social Science Department, Western New Mexico University.

  • Israeli Separation Barriers: Contexts, Impacts and Effectiveness

Said Saddiki, Associate Professor at Al-Ain University of Science and Technology, UAE.


12:30 pm to 1:30 pm
Lunch*

Showing of the documentary « De l’autre côté de la ligne »

  • Yvon Guillon (To be confirmed), Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, Médiation culturelle et scientifique, Production audiovisuelle/média.

1:30 pm to 3:00 pm
Workshop 3

Case Studies on Walls and Reinforced Borders

  • In the name of Security: Violations at the Barmer Border

Bani Gill, Post Graduate Student pursuing the Erasmus Mundus Masters European Master in Migration and Intercultural Relations, Kampala, Uganda.

  • The U.S.-Mexico Border Project: Tracing the physical and psychological borderlands

Susan Harbage Page, Assistant Professor in Women’s and Gender Studies, Affiliate Faculty in Global Studies, University of North Carolina at Chapel Hill, USA.

  • La privatisation des checkpoints israéliens : redéploiement néolibéral de l’occupation

Shira Havkin, doctorante Sciences Po/CERI, France.

  • Le mur de séparation entre Israël et le Liban: origines, construction et fonctions

Daniel Meier, Senior Associate Member at St Antony’s College – University of Oxford, and Visiting Fellow of the Center for Lebanese Studies, United Kingdom.

  • Les frontières entre Jordanie/Syrie; Irak/Syrie/Iran/Turquie

Cyril Roussel, docteur en géographie, Chercheur à l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO), Amman, Jordanie.

Chair: coming

3:00 pm to 3:15 pm Coffee Break


3:15 pm to 5:00 pm
Workshop 4

Environmental and Social Impacts

  • Passive Borders, Active Ecologies

Yehre Suh, Adjunct Assistant Professor in the Department of Architecture, Bernard College/Columbia University, USA.

  • Increasing Economic and Environmental Resilience in the US-Mexico Border Region of the Rio Grande

Catherine Hallmich, Project Coordinator at the Commission for Environmental Cooperation, Montreal, Canada.

  • Une Frontière en Mouvance: Le Sahara

William Miles, Professor of Political Science, Northeastern University Boston, Massachusetts, USA.

  • Des murs qui s’érigent et des températures qui montent : Sécurité humaine, contraintes au mouvement et crises environnementales

François Gemenne, Chercheur et Maître de conférences, Iddri – Sciences Po Paris/ CEDEM – Université Liège, et Pauline Brücker, Chercheure, Iddri – Sciences Po Paris.

  • National Security, Geopolitics and Democratic Deficit: Indian Infrastructure Building along the Sino-Indian border in Arunachal Pradesh and its impact on local communities and environment

Mirza Zulfiqur Rahman, Doctoral Candidate, Department of Humanities and Social Sciences, Indian Institute of Technology, India
Chair: coming


5:00 pm to 5:50 pm
Conference

Borderline Art

  • Ian Howard, Dean of the College of Fine Arts at the University of New South Wales, Sydney, Australia.

6:00 pm to 7:00 pm
Poster session and cocktail

Borders and Walls – Global Analysis

  • Geopolitical Factors Effective on role and function of the International Boundaries with emphasis on the borders Islamic Republic of Iran

Seyyed Hadi Zarghani, Assistant Professor in Political Geography and Geopolitic, Ferdowsi University of Mashhad (FUM), Iran.

  • Walls of Money: Securitization of Border Discourse and Militarization of Markets

Elisabeth Vallet, Adjunct Professor in Geography and Geopolitic, UQAM, Montreal.

 

Case Studies on Walls, Fences and Reinforced Borders

  • India-Bangladesh Border Wall: Order and Prosperity or Wishful Thinking?

Elena Lchezarova Dabova, PhD Student at Saint-Petersburg State University, School of International Relations.

  • The DMZ and the Three Koreas: A Sociological Institutional Analysis of Security in the Korean Peninsula

Alexandre Léger, Master’s Student at the Department of Political Science, Concordia University.

  • El Muro Marroqui en el Sáhara Occidental

Elisa Pavón, Periodista Asociación « Rio de Oro, Gaici Nah Bachir, Investigador « Red de Estudios sobre Efectos de Muro y Minas en el Sahara occidental ».

Art & Borders

  • Presentation of New World Border : Artists Respond to the US/Mexico Border Wall

Art Hazelwood, renowned artist, impresario and instigator, San Francisco, USA.


FRIDAY,  OCTOBER, 18th 2013

Walls and Identities

8:00 am to 8:15 am Registration


8:15 am to 9:00 am
Opening Address

  • Border Walls and Global Apartheid

Reece Jones, Associate Professor and Chair of Graduate Studies, Department of Geography, University of Hawai’i at Manoa, USA.


9:15 am to 10:45 am
Workshop 5

Building of National, Local and Transnational Identities

  • Boundary Lines: Canada, the U.S. and the Geopolitics of Othering

Heather Nicol, Associate Professor, Department of Geography, Trent University, Peterborough, Ontario, Canada.

  • Construction of local identities alongside Schengen border – Bordering and crossbordering processes along Croatia-Slovenia border

Marta Zorko, Assistant Professor at the Faculty of Political Science, University of Zagreb, Ivan Sulc, MA graduate and junior researcher at University of Zagreb, and Marko Kovacic, Ph.D. student in Social Sciences, University of Ljubljana.

  • Festive security: Reveling in patriotism on the U.S.-Mexicano Border

Elaine A. Peña, Assistant Professor of American Studies, George Washington University, Washington, D.C

  • Robert Frost’s Ambivalence: Borders and Boundaries in Poetic and Political Discourse

Kenneth Madsen, Assistant Professor of Geography, Ohio State University at Newark, USA, and D.B. Ruderman, Assistant Professor of English, Ohio State University at Newark, USA.

  • Et si le barbelé faisait le mur? Politique et poétique d’une violence symbolique

Bénédicte Tratnjek, doctorante en géographie, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand) et chercheure à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Paris.

Chair: coming

10:45 am to 11:00 am Coffee Break


11:00 am to 12:45 pm
Workshop 6

Identity of the Wall, Identities of the Borders

  • Mental Walls, Bounded Identities: The Finnish-Russian Spectacle of Othering

Jussi Laine, Researcher at the Karelian Institute, University of Eastern Finland.

  • « Lo mas bonito de Tijuana es San Diego » : La movilidad como recurso y referente de identidad en Tijuena, México

Amalia Campos Delgado, Researcher at the Research Center : El Colegio de la Frontera Norte, México.

  • Les frontières basques peuvent-elles disparaître au sein de l’espace européen?

Jean-Marie Izquierdo, Professeur associé au département de science politique, l’IUT de Bayonne et du Pays basque, France.

  • Haïti: un espace national, entre les murs

Marie Redon, MCF en Géographie, Université Paris 13, France.

  • Mutating Borders According to the Propaganda Balloons in the Korean Demilitarized Zone

Dongsei Kim, Adjunct Assistant Professor of Architecture, Columbia University, Graduate School of Architecture, New York, USA.


12:45 pm to 1:30 pm
Lunch*

Showing of the documentary « Connected Walls »

  • Sébastien Wielemans, producer and filmmaker, Bruxelles

1:30 pm to 3:00 pm
Workshop 7

Identity of the Wall, Border discourses

  • Exhibiting the Frontier: Border politics and the visual turn

Lee Rodney, Associate Professor, Media Art History and Visual Culture, University of Windsor, Canada.

  • Mapping the West Bank Wall: International Law as a Discursive Tool in Visual Arguments

Christine Leuenberger, Senior Lecturer at the Department of Science & Technology Studies, Cornell University, Ithaca, New York.

  • Constructing a « Wall »: Naming and the Politics of Israeli « Security Fence »

Emily Regan Wills, Adjunct Professor at the School of Political Studies, University of Ottawa.

  • Fencing the Border: The Identity Crisis of « We » and « They »: A Case Study of Bangladesh and India

Iqbal Shailo, Ph.D., Carleton University, Ottawa.

  • Chameleon Walls : Inside two configurations of pro-« security fence » actors in Israel and in Arizona

Damien Simonneau, PhD Candidate in Political Science, Centre Emile Durkheim/Sciences Po Bordeaux, et chercheur à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Paris.

Chair: coming

3:00 pm to 3:15 pm Coffee Break


3:15 pm to 4:45 pm
Workshop 8

Walls & Migrations 1

  • African migrants, security measures and a new fence: The Egyptian-Israeli Border from the soldiers’ point of view

Dr. Nir Gazit and Dr. Efrat Ben-Zeev, The Ruppin Academic Center, Emek Hefer and The Truman Institute for the Advancement of Peace, Hebrew University, Jerusalem, Israel.

  • Mediterranean Border Walls as a Driver of Regional Insecurity

Craig Damian Smith, Ph.D. Candidate, Department of Political Science, University of Toronto.

  • « None is Too Many »: Geographic and Legislative Segregation of Roma Refugee Claimants

Petra Molnar Diop, Centre for Refugee Studies, York University.

  • Palestinian Child Labor in Israel: Segregation through Contact

Omri Grinberg, Ph.D. Student in Anthropology and the Centre for Jewish Studies, University of Toronto, Canada.

  • Géopolitique des clôtures européennes de mise à distance de l’immigration subsaharienne

Michel Douryang Domga, Assistant – Institut Supérieur du Sahel – Université de Maroua, Cameroun.

  • Fencing the Sea Borders? Making Sense of EU new Digital Borders

Rocco Bellanova, Researcher Peace Research Institute Oslo, Norway, and Denis Duez, Professor, Université Saint-Louis, Bruxelles

Chair: coming

5:00 pm to 5:15 pm Coffee Break


5:15 pm to 6:15 pm
Workshop 9

Walls & Migrations 2

  • Biopolitical Surveillance and Resistance at the Greece-Turkey Borders

Özgün E. Topak, PhD candidate, Queen’s University, Sociology Department, Ontario.

  • Racialized Borders: Hypothesizing the Diasporic Implications of Discriminatory Surveillance at Canadian Borders

Alana Saulnier PhD Candidate at Queen’s University and Research Fellow at the Surveillance Studies Centre and Dr. Steven Downing, Assistant Professor at the Faculty of Social Science and Humanities, University of Ontario Institute of Technology.

  • From Smart Borders to Perimeter Security: The Canadian Border and the Shrinking Rule of Law

Ciara Braken-Roche, Alana Saulnier and Özgun Topak, Queen’s University, Kingston, Ontario.

Chair: coming


6:15 pm to 6:30 pm
Concluding remarks

Marcello di Cinto


 


* All meals are payable by the participants and speakers

 

Borders, Walls and Security – Call for papers (EXTENDED)

Too much success – Extended Deadline: NOW APRIL27

Direct link: http://www.dandurand.uqam.ca/evenements/appels-de-communications/1124-borders-walls-and-security.html

Borders, Walls and Security

International conference organized by the Raoul Dandurand Chair at the University of Quebec at Montreal in association with the Association for Borderlands Studies

University of Quebec at Montreal, Quebec, Canada
October 17th and 18th, 2013

PDF Version


Presentation

Thirty years after the fall of the Berlin Wall, the question still remains « Do good fences still make good neighbours »? Since the Great Wall of China, construction of which began under the Qin dynasty, the Antonine Wall, built in Scotland to support Hadrian’s Wall, the Roman « Limes » or the Danevirk fence, the « wall » has been a constant in the protection of defined entities claiming sovereignty, East and West. But is the wall more than an historical relict for the management of borders? In recent years the wall has been given renewed vigour all around the world, whether in North America, in Europe (with the Greek border fence), in Asia (for instance in India) or in Middle East. But the success of these new walls in the development of friendly and orderly relations between nations (or indeed, within nations) remains unclear. What role does the wall play in the development of security and insecurity? Do walls contribute to a sense of insecurity as much as they assuage fears and create a sense of security for those ‘behind the line’? Exactly what kind of security is associated with border walls?

Organizers and Advisory Committee

  • Elisabeth Vallet, Adjunct Professor, Department of Geography and Research director of Geopolitics at the Raoul Dandurand Chair, UQAM
  • Charles-Philippe David, Raoul-Dandurand Chair and Full Professor of Political Science, UQAM
  • Heather Nicol, Professor of Geography, Trent University, President (2011-2012), Association for Borderlands Studies and associate researcher of the Center for Geopolitical Studies of the Raoul Dandurand Chair, UQAM
  • Jean-Jacques Roche, Professor – University Pantheon-Assas in Paris
  • Uli Best, Professor – York University
  • Reece Jones, Professor University of Hawaii at Manoa
  • Peter Andreas, Professor – Brown University

Conference Theme

This conference deploys the metaphor of the wall as is seeks to understand the development of a global trend involving the expanding category of ‘problematic’ peoples, constructed in context of an intersection between biopolitics and geopolitics, as well as an expanding list of ‘insecure ‘places. The latter, that is to say the category of insecure places’ holds a double-meaning, however. Such a list of places can be geopolitical, embedded within a global consensus concerning international relations and power arrangements, or it can be internal, referring to the new and vulnerable margins of state, where security violations are possible and where greater vigilance is demanded. What kind of walls are we seeing in response to this intersection of geopolitics and biopolitics and the new spatialization of insecurity it represents? What effect will this have on those whose citizenship status is either newly completed, ongoing, or perceived as marginal?

Theoretical Context

In the post-9/11 world, fences and towers reinforce and enclose national territories, while security discourses link terrorism with immigration, and immigration with illegality, criminal violence and radical Islam. The European Union (EU) claims to tear down walls, while building external walls ever higher. At the same time, the US considers how best to deploy towers and walls along its border zones while implementing an integrated border management regime. This development is not limited to these two world regions, however. Elsewhere in the global world walls dissecting borderlands are becoming higher. In Asia, India is finishing up its fence around Bangladesh. On all four continents, changes in border policy go along with a heightened discourse on internal control and a shift from borderlines to an ubiquity of control. Such walls are ‘walling in’ as well as ‘walling out’. By this we mean that the traditional geopolitics of bordering are supplemented, rather than fully replaced, by a national biopolitics, involving new definitions of who belongs and who does not belong, who is potentially represented as a threat and a risk internally, and who should be removed from the body of the state.
The experience of migrations, asylum-seekers, targeted ethnicities, and non-citizen residents has also been profoundly touched by securitization assessments rooted in geopolitics emanating from assessments of conditions outside of the state. Law-enforcement agencies at national and even international level, problematize ethnicity and identity in context of terrorism and criminality, or associated geopolitical orientations based upon nationalist and ethnicity. Systems and facilities for monitoring and gathering data on migrants and asylum seekers, are a product of the opportunity offered by border control, and are now an important component of a counter-terrorist agenda. They too, demand walls in which to embed their technologies.
Using these two lenses, geopolitics and biopolitics, as paradigmatic types, and using the metaphor of the wall to mobilize our discussions, this conference explores the way in which physical and virtual walls are now essential to internal and external definitions of risks, ‘Others’ and « risky people ». Within this framework, constructions of ‘terrorist threat’ as a basis for geopolitical relations is but one example, and the profiling of young Muslim males by Western nations part of a bigger process of securitization based upon the intersection of geopolitics and biopolitics, now made iconoclastic.
This leads us to a second and equally important and inter-related theme. Border walls, as Balibar reminds us, are experienced differently by different peoples. Crossing the line demarks the beginning, rather than the end of any transnational process. All of this means that even as walls are increasingly assembled, they are also increasingly portable—diffuse and outwardly-oriented, for example through security and border agreements, and inward and inflexible through legislation and public opinion. So while the direction which such projection of border takes is generally determined by well-understood political and geopolitical goals and power arrangements, as in the cadastral of EU and U.S. boundary management protocols, whereby neighbouring states are subject to security hegemonies, there is another dimension to this apparently seamless, diffuse and open-ended process which has been confused with « borderlessness ». This is the way in which such diffusion also enables the inward intrusion of borders, whereby, « borders are folded inwards ». Crossing a physical territorial border, or slipping through the outer wall, is only one in a series of events faced by the migrant, and increasingly, the citizen. New walls are encountered everywhere.

Conference main theme

Participants are encouraged to critically examine the role of wall in security discourses, particularly with respect to immigration and citizenship, and to consider some of the following questions:

Theme 1. Border fences, walls and identities

  • Construction of national and local identities
  • Theoretical limology, walls and epistemology
  • Anthropological approaches to border walls and fences
  • Sociology of the walls/fences and their borderlands

Theme 2. Impacts of border walls

  • Social and environmental impacts
  • Economical impacts
  • Bypass strategies
  • Security industry and border fences & walls
  • Art, Borders and Walls

Theme 3. Legal aspects of border walls

  • Separation and legitimation
  • Border walls: failure or success?
  • International, national and local
  • Legal aspects: Human rights and the wall, norms and the wall

Theme 4. Biopolitics of border walls

  • Security discourses, geopolitical and biopolitical assessments, and walls
  • 9/11 security discourse, marginality and border fences
  • Spatialization of insecurity and border fences

Deadline

 

Deadline for abstract submission: April 20th, 2013

Practical Information

Please include the following information (300 words):

  • Name of authors/contributors
  • Institutional affiliations, titles
  • Contact: telephone, fax, email, mailing address
  • Title of the paper
  • Abstract: Subject, empirical frame, analytical approach, theme

Send your proposals via email in Word format to Elisabeth Vallet at UQAM:BordersandWalls@gmail.com

Languages

Proposals can be submitted in French, Spanish and English. However the conference will be held in English and French.

Calendar

  • April 20th 2013 : deadline for submitting abstracts and proposals
  • June 2013 : proposals selection and notification sent to presenters
  • August, 24th 2013 : submission of papers to discussants
  • October, 17th and 18th, 2013 : Conference to be held in Montreal

Les murs servent-ils à quelque chose? Appel de communication (PROLONGÉ)

DEVANT LA FORTE AFFLUENCE DE PROPOSITIONS ET DE DEMANDES DE DÉLAI, L’ÉCHÉANCE DE L’APPEL DE COM. EST PROLONGÉE AU 27 AVRIL

Lien direct: http://www.dandurand.uqam.ca/evenements/appels-de-communications/1123-frontieres-murs-et-securite.html

Depuis la grande muraille de Chine, le Danevirk du Roi Godfried, le mur médique de Nabuchodonosor II, les murs romains d’Antonin et d’Hadrien en Écosse, ou encore le limes germaniae et rhetiae, le « mur » est au cœur des relations transfrontalières. Si bien que l’un d’eux, le mur de Berlin, a été le symbole de la fracture du monde bipolaire. Sa chute a incarné un nouvel ordre international, une redéfinition des relations internationales et l’avènement d’un monde sans frontières. Pourtant, l’après 11 septembre 2001 a souligné avec force le retour des frontières voire de nouvelles frontières, et avec elles celui des barrières et murs frontaliers, en Amérique du Nord, en Europe, en Asie ou encore au Moyen-Orient, sans que l’on puisse déterminer si ces ouvrages contribuent véritablement à l’établissement de relations amicales et pacifiques entre nations, voire à l’intérieur même des États. Quel rôle le mur frontalier joue-t-il dans l’établissement de la sécurité ou de l’insécurité? Est-ce que les murs frontaliers alimentent la perception d’insécurité autant qu’ils réduisent les peurs et créent une sensation de sécurité pour ceux qui demeurent « derrière la ligne »? En quoi la fortification de la frontière et sa « technologisation » permettent de redéfinir la sécurité interne et internationale des États et des populations concernées?

Organisateurs et comité scientifique

  • Élisabeth Vallet, Professeure associée au département de géographie et directrice de recherches à la Chaire Raoul-Dandurand – UQAM
  • Charles-Philippe David, Titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand et professeur titulaire de science politique, UQAM
  • Heather Nicol, Professeure de géographie, Trent University, présidente (2011-2012) de l’Association for Borderlands Studies et associée à l’Observatoire de géopolitique de l’Observatoire de géopolitique de la Chaire Raoul-Dandurand, UQAM
  • Jean-Jacques Roche, Professeur – Université Paris II – Panthéon-Assas
  • Uli Best, Professeur Université York
  • Reece Jones, Professeur, University of Hawaii à Manoa
  • Peter Andreas, Professeur, Brown University

Disciplines concernées: Science politique, géographie, anthropologie, sociologie, droit, économie, Art, design, biologie, études environnementales.

Les étudiants sont invités à soumettre une proposition de communication.

Contexte théorique

Dans le monde post-11 septembre, barrières et tours de guets définissent et sanctuarisent les territoires nationaux, tandis que les discours sécuritaires établissent un lien apparemment inéluctable entre le terrorisme et l’immigration, entre l’immigration et l’illégalité, entre la violence criminelle et le radicalisme théologique. De façon paradoxale, dans un monde en quête de sécurité, la mondialisation n’a pas mené à l’éradication des frontières mais bien à la recomposition des territoires et à l’érection de nouveaux remparts. Le mur est ainsi devenu une solution dans la quête de sécurité de l’État, dont les frontières n’ont en réalité pas disparu, sublimé à travers un discours toujours plus sécuritaire dans la foulée du 11 septembre. L’approche constructiviste a été l’une des premières à permettre d’explorer le mur frontalier en termes de « sécuritisation » en posant les jalons de la dialectique entre déterritorialisation de l’État et retour des frontières, le mur devenant donc un moyen de répondre à un enjeu classique (par exemple la pression migratoire) devenu question de sécurité (menace migratoire), une question localisée (la violence frontalière) prenant alors des accents nationaux (l’intégration dans la dimension sécuritaire nationale de la frontière). Le mur cristallise l’opposition entre un « espace de sécurité » et un « espace de risque » – hypothèse que vient renforcer le fait que toute la législation promulguée aux États-Unis dans le domaine de la sécurité comporte toujours au moins un élément sur le contrôle de l’immigration.
De surcroît, la fragmentation de l’espace qu’opèrent les murs est souvent doublée d’une véritable sanctuarisation du territoire derrière un arsenal de défenses législatives (droit d’asile, permis de séjour, visas), reposant sur l’intersubjectivité des entrepreneurs politiques qui tissent le discours (entreprises, politiciens, groupes citoyens) amenant à la réalisation du mur, aboutissant à une véritable dérive technologique, qui permet aux États, de montrer qu’ils ont la pleine maîtrise de la sphère frontalière. Les murs affichent donc une double fonctionnalité: ils permettent d’emmurer et d’ex-murer pour tenir l’Autre (qu’il représente une menace ou simplement un risque) hors de cet espace redéfini. À la géopolitique traditionnelle de la frontière vient s’ajouter la biopolitique, qui va permettre de redéfinir l’appartenance à la société emmurée, et ce faisant les critères d’exclusion.

Thématiques

Thème 1. Barrières frontalières, murs et identités

  • Construction des identités nationales et locales
  • Aspects théoriques, limologie et épistémologie des murs frontaliers
  • Approches anthropologiques des barrières et murs frontaliers
  • Sociologie des murs et des zones transfrontalières

Thème 2. Impacts des murs frontaliers

  • Impacts sociaux
  • Impacts environnementaux
  • Impacts économiques
  • Stratégies de contournement
  • Marchés, firmes de sécurité et technologies
  • Art, frontières et murs

Thème 3. Aspects légaux

  • Séparation et légitimiation
  • Échecs et succès des murs
  • Droit international, droit national
  • Droits de la personne

Thème 4. Biopolitique des murs frontaliers

  • Discours sécuritaires, questions géopolitiques et biopolitiques
  • 9/11 – discours sécuritaires, marginalités et barrières frontalières
  • Spatialisation de l’insécurité et barrières frontalières

Date limite

Date limite de soumission des propositions de communication : 20 avril 2013
(chaque proposition sera considérée pour les panels et/ou posters)

Informations pratiques

Veuillez inclure les informations suivantes (300 mots max.):

  • Noms des auteurs
  • Titres et affiliations institutionnelles
  • Contact: téléphone, fax, email, adresse postale
  • Titre de la communication
  • Résumé: Sujet, cadre empirique et théorique, thème

Veuillez faire parvenir votre proposition en format word à Élisabeth Vallet à l’UQAM, par courriel à l’adresse suivante: bordersandWalls@gmail.com

Langues

Les propositions peuvent être faites en français, en espagnol ou en anglais. La conférence se déroulera en français et en anglais.

Calendrier

  • 20 avril 2013: date limite pour soumettre une proposition de communication
  • Juin 2013: sélection des propositions et notification aux personnes concernées
  • 24 août: soumission des papiers aux organisateurs du colloque
  • 17 et 18 octobre 2013 : colloque