Faire le mur

L’affaire est sortie sous la plume de McDaniel, au Yuma Sun et continue à battre en brèche l’idée que le mur frontalier entre le Mexique et les Etats-Unis sert « vraiment » à enrayer le trafic de drogues, d’armes et d’êtres humains. Cette fois-ci, les trafiquants ont envisagé, plutôt que de courir le risque d’utiliser des mules, de traverser la rivière du Colorado, pour entrer en territoire américain, tout en étant à l’extérieur de la barrière. Et oui, le mur frontalier a ainsi créé des enclaves de territoire américain, qui sont coincées entre la frontière politique et la barrière physique. Toujours est-il que, de là, le 7 décembre au soir en Arizona, les trafiquants de drogue ont utilisé un canon à air comprimé pour propulser 33 boîtes de conserves contenant plus de 40 kilos de… marijuana. Il y a donc une corrélation étroite entre le durcissement des mesures pour sécuriser la frontière et le recours par les trafiquants à des moyens moins classiques dans des zones habituellement moins marquées par les questions de trafic. Car c’est dans cette même région, rappelle le Yuma Sun, que l’on a découvert, en juillet dernier, un tunnel de 230 mètres de long, 18 mètres sous la surface, reliant un commerce mexicain à un commerce américain de San Luis en Arizona, et qui avait servi, pendant six mois, au trafic d’armes et de drogue. En août, ce sont des ballots de marijuana qui sont découverts après avoir été largués en sol américain depuis un ULM. Enfin, en octobre, ils utilisent une rampe d’accès pour essayer de faire passer une Jeep transportant de la marijuana par dessus la barrière. Bref ce mur ne sert à rien. Ou en tout cas pas à ce pour quoi les gouvernements disent qu’il devrait servir . Ce qui revient sans doute au même, sauf pour les migrants.

 

Le mur qui ne servait à rien…

30 octobre 2012. Désert d’Arizona, Yuma.

Le Border Patrol l’a découverte,  accrochée en haut de la barrière frontalière de 4 mètres de haut. Une Jeep, laissée là par des passeurs, qui avaient imaginé conduire la voiture par-dessus au moyen de rails en métal. Les rampes ont cédé et, le temps que le Border Patrol arrive, les trafiquants avaient filé avec le contenu du coffre (plein de Marijuana si on en croit les tests).

photos USCBP – domaine public

Comme le signale Rodrigo Nieto-Gomez sur son blogue, ce n’est pas la première fois que les trafiquants testent ce procédé, loin s’en faut :

 mais le paradoxe est que l’agence frontalière américaine présente cet événement comme un de leurs succès (les photos ont été prises et diffusées par leurs services) alors qu’il représente une autre forme de contournement du mur frontalier.

Preuve, si besoin était  qu’un mur ne sert… à rien.

Toute l’ambivalence des murs frontaliers repose sur le fait quela mondialisation a cet étrange effet de pousser des États à ériger de véritables murs le long de leurs frontières, alors que tombent les barrières commerciales et économiques. Il s’agit de ces  murs frontaliers comme il y en a près de cinquante aujourd’hui. Et dont le nombre ne cesse d’augmenter depuis 2001 , (il a triplé depuis la fin de la guerre froide) pour fortifier désormais près de 30 000 kilomètres de frontières.

sous License wikicommons

L’évolution la plus significative est que certaines démocraties (et non des moindres : les États-Unis, l’Espagne, Israël, l’Inde et plus récemment la Grèce) ont estimé que leur sécurité reposait sur le blindage de leur territoire. Même la frontière américano-canadienne connaît des pressions similaires : au point où une étude d’impact diffusée il y a un an par le Homeland Security envisageait un scénario de  « barriérisation sélective » de la frontière parmi les scénarii de rénovation de la frontière.

Or, la frontière septentrionale des Etats-Unis ressemble à ça :

 

Frontière en Colombie-Britannique, Cultus Lake – Crédits photos : Élisabeth Vallet

Alors que la frontière méridionale des États-Unis est, pour sa part, protégée, clôturée, surveillée, armée  le long du Rio Grande, avec des check points, postes avancés de la frontière, positionnés à  l’intérieur des États d’Arizona et de Californie.

 

Surveillance distante – Check point en Arizona; zeppelin au-dessus du désert d’Arizona; barrière dans le désert de Sonora. Crédits photos : Élisabeth Vallet


Nogales, Arizona – Crédits photos : Élisabeth Vallet

Pourtant les murs ne servent généralement pas l’objectif pour lequel ils ont été construits (ex-murer l’Autre, repousser l’Étranger). Plus encore, ils finissent par générer des logiques de transgression, favorisant l’économie et les flux souterrains, les rendant plus difficiles encore à contrôler, et rendent les migrants considérablement plus vulnérables.

Ils multiplient certains effets pervers, allant par exemple aux États-Unis jusqu’à pérenniser une implantation durable des travailleurs clandestins alors que grand nombre d’entre eux suivaient des migrations saisonnières et temporaires – altérant le profil démographique du pays hôte, aboutissant à l’effet inverse de celui recherché.

La construction des murs stimule également une véritable industrie des tunnels, comme en témoigne leur foisonnement sous la ville de Nogales – à cheval sur la frontière de l’État d’Arizona et de Sonora – dont le sous-sol ressemble à l’emmenthal suisse, posant d’ailleurs de véritables problèmes de sécurité (en 2010, un bus s’était enfoncé dans le sol devenu meuble, juste en face du poste frontalier).

 source: http://www.tucsonnewsnow.com/Global/story.asp?S=13448184

 Les murs ont également un impact désastreux sur l’environnement. Ils contribuent à isoler des écosystèmes entiers au point d’altérer durablement leur environnement (comme l’a constaté en 2003 une équipe de l’Université de Pékin, en identifiant des évolutions génétiques différenciées de la flore de part et d’autre de la grande muraille de Chine), ils affectent immédiatement les migrations animales et mettent en danger la biodiversité comme le démontre une étude de 2011 conjointe de l’université du Texas à Austin et  de l’Université de Californie à San Diego. Dûment documentés, les impacts sont parfois très concrets comme par exemple dans le parc du  Organ Pipe National Monument où, en août 2011, lors de précipitations soudaines, la barrière avec la Mexique s’est improvisée d’abord en barrage hydrique, pour ensuite en cédant, littéralement lessiver une zone considérable (et fragile) du parc national.

En fait les gouvernements construisent moins ces murs pour véritablement se protéger que pour apaiser. Les frontières blindées traduisent simplement l’angoisse sécuritaire des États qui se sentent mis à mal par une mondialisation anxiogène.

source: Atlas du Monde diplomatique.

Et les murs frontaliers finissent en fait par être des murs d’argent : ils dissocient les riches des pauvres, le Nord du Sud, les nantis des exclus. Ils constituent également un luxe superfétatoire que seuls certains États peuvent se permettre et constituent plus une thérapie collective nationale qu’un ouvrage de défense au sens classique du terme.

 

Turquie: un nouveau mur à la frontière syrienne

 

Malgré les timides démentis des officiels turcs  , les habitants de la province de Mardin n’en démordent pas : la Turquie a amorcé la construction d’un mur de 2 mètres de haut le long de sa frontière avec la Syrie (photos disponibles ici )

111111

C’est le deuxième mur que la Turquie choisit d’élever le long de sa frontière méridionale, et même si ce n’est qu’une fraction de la frontière longue de 900 kilomètres, l’objectif est de cibler des zones plus poreuses. Au mois de mai dernier, Ankara avait décidé de blinder la zone de Cilvegozu au nord d’Alep en élevant un double mur sur 2,5 kilomètres. Et en ce mois d’octobre, c’est en pleine zone urbaine que les travaux débutent : en effet, si ce n’était de la ligne frontalière, Nusaybin en Turquie, et Kameshli en Syrie feraient partie de la même agglomération . Comme toujours les villes jumelles sont des zones de culture commune mais aussi des zones de passage, de trafic. Bien souvent, et jusqu’à ce que les discours sécuritaires s’en mêlent, il n’y a pas pour ainsi dire pas de démarcation.

 

Mais le conflit en Syrie a généré des flots de réfugiés considérables vers le Nord (ils sont 500 000 environ en Turquie, soit le quart des personnes qui ont fui le territoire syrien) et la violence franchit parfois la frontière (comme en février  et en septembre 2013 ). La difficulté, pour le gouvernement turc, est la maîtrise de son territoire : construire un mur permet de créer des zones de transit obligées, là où auparavant le franchissement était relativement aisé.

Cette nouvelle construction confirme donc la progression du blindage des frontières au Moyen-Orient mais aussi dans le monde :

 222222

Source : Toujours plus de murs dans un monde sans frontières : Élisabeth Vallet d’après données compilées

La Chaire Raoul-Dandurand organise les 17 et 18 octobre prochain un colloque sur les murs frontaliers et le blindage des frontières : http://www.dandurand.uqam.ca/murs2013

Ce papier a été initialement publié ici

All you want to know about the International Conference on Borders and Walls in Montreal

is here: http://www.dandurand.uqam.ca/walls2013/

Presentation

Thirty years after the fall of the Berlin Wall, the question still remains « Do good fences still make good neighbours »? Since the Great Wall of China, construction of which began under the Qin dynasty, the Antonine Wall, built in Scotland to support Hadrian’s Wall, the Roman « Limes » or the Danevirk fence, the « wall » has been a constant in the protection of defined entities claiming sovereignty, East and West. But is the wall more than an historical relict for the management of borders? In recent years the wall has been given renewed vigour all around the world, whether in North America, in Europe (with the Greek border fence), in Asia (for instance in India) or in Middle East. But the success of these new walls in the development of friendly and orderly relations between nations (or indeed, within nations) remains unclear. What role does the wall play in the development of security and insecurity? Do walls contribute to a sense of insecurity as much as they assuage fears and create a sense of security for those ‘behind the line’? Exactly what kind of security is associated with border walls?

Organizers

  • Raoul-Dandurand Chair, UQAM
  • Association for Borderland Studies

Program (PDF)


THURSDAY, OCTOBER, 17TH, 2013

Walls in International Relations

8:00 am to 8:15 am Registration


8:15 am to 8:30 am
Welcome

  • Elisabeth Vallet, Adjunct Professor, Department of Geography and Research director of Geopolitics at the Raoul Dandurand Chair, UQAM

8:30 am to 9:00 am
Opening Remarks

  • Philippe Rekacewicz, Geographer and cartographer, Le Monde diplomatique, France

9:15 am to 10:45 am
Workshop 1

Global Narratives and the Resurgence of Borders

  • Walls as security mechanism

Polly Pallister-Wilkins, Assistant Professor, Department of Politics, University of Amsterdam, The Netherlands.

  • The International will be Everywhere in the Neo-Liberal, Hyper-Security Endgame: Walls, Borders and Emerging Regimes of Deterrialization and Spatial Fragmentation

Robert Latham, director of the Centre for International and Security Studies, and associate professor of Political Science, at York University in Toronto.

  • Mapping the border-security industry: how borders and walls grow through the market?

Vincent Boulanin, Ph.D. Candidate in Political Science at École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Paris, Associated Research Fellow at Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Stockholm, and Renaud Bellais, Ph.D., Associate Professor of economics at École Spéciale Militaire de Saint Cyr Coëtquidan, France.

  • La matérialisation des asymétries frontalières par le cloisonnement des espaces et filtrage des populations. Éléments d’une géographie des murs et de la domination

Fabien Guillot, Maître de conférences en géographie, Université de Caens Basse-Normandie.

  • Globalisation et construction de murs : Hypothèses d’explication

Mimoun Attaheri, Professeur de relations internationales et de sciences politiques, Faculté pluridisciplinaire, Nador, Maroc.

Chair: coming

10:45 am to 11:00 am Coffee Break


11:00 am to 12:30 pm
Workshop 2

Case Studies of Walls in History : Past and Present

  • Defining the Nation in the City: Anti-Roma Walls in Eastern Europe

Ulrich Best, DAAD Visiting Professor, Canadian Centre for German and European Studies, Department of Geography, York University, Toronto, Canada.

  • The Post-NAFTA circulation regime. The dual function of the barricaded Mexico-US border

Isidro Morales, Director EGAP, Tecnologico de Monterrey, Campus Estado de México.

  • Frontières étatiques et internationales sans territoire : le Saint-Siège sur la scène internationale depuis les accords de Latran (1929)

François Mabille, Professeur de relations internationales à l’Université catholique de Lille, chercheur statuaire au sein du groupe Sociétés, Religions, Sociétés au CNRS et membre associé, Observatoire sur les missions de paix et opérations humanitaires, Chaire Raoul-Dandurand, UQAM.

  • Border discrimination against American Indians & Metis/Metizos in North America

Laurence Armand French, Affiliate Professor, Justiceworks Institute Social Science Department, University of New Hampshire, and Magdaleno Manzanzrez, Professor & Department Chair, Social Science Department, Western New Mexico University.

  • Israeli Separation Barriers: Contexts, Impacts and Effectiveness

Said Saddiki, Associate Professor at Al-Ain University of Science and Technology, UAE.


12:30 pm to 1:30 pm
Lunch*

Showing of the documentary « De l’autre côté de la ligne »

  • Yvon Guillon (To be confirmed), Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, Médiation culturelle et scientifique, Production audiovisuelle/média.

1:30 pm to 3:00 pm
Workshop 3

Case Studies on Walls and Reinforced Borders

  • In the name of Security: Violations at the Barmer Border

Bani Gill, Post Graduate Student pursuing the Erasmus Mundus Masters European Master in Migration and Intercultural Relations, Kampala, Uganda.

  • The U.S.-Mexico Border Project: Tracing the physical and psychological borderlands

Susan Harbage Page, Assistant Professor in Women’s and Gender Studies, Affiliate Faculty in Global Studies, University of North Carolina at Chapel Hill, USA.

  • La privatisation des checkpoints israéliens : redéploiement néolibéral de l’occupation

Shira Havkin, doctorante Sciences Po/CERI, France.

  • Le mur de séparation entre Israël et le Liban: origines, construction et fonctions

Daniel Meier, Senior Associate Member at St Antony’s College – University of Oxford, and Visiting Fellow of the Center for Lebanese Studies, United Kingdom.

  • Les frontières entre Jordanie/Syrie; Irak/Syrie/Iran/Turquie

Cyril Roussel, docteur en géographie, Chercheur à l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO), Amman, Jordanie.

Chair: coming

3:00 pm to 3:15 pm Coffee Break


3:15 pm to 5:00 pm
Workshop 4

Environmental and Social Impacts

  • Passive Borders, Active Ecologies

Yehre Suh, Adjunct Assistant Professor in the Department of Architecture, Bernard College/Columbia University, USA.

  • Increasing Economic and Environmental Resilience in the US-Mexico Border Region of the Rio Grande

Catherine Hallmich, Project Coordinator at the Commission for Environmental Cooperation, Montreal, Canada.

  • Une Frontière en Mouvance: Le Sahara

William Miles, Professor of Political Science, Northeastern University Boston, Massachusetts, USA.

  • Des murs qui s’érigent et des températures qui montent : Sécurité humaine, contraintes au mouvement et crises environnementales

François Gemenne, Chercheur et Maître de conférences, Iddri – Sciences Po Paris/ CEDEM – Université Liège, et Pauline Brücker, Chercheure, Iddri – Sciences Po Paris.

  • National Security, Geopolitics and Democratic Deficit: Indian Infrastructure Building along the Sino-Indian border in Arunachal Pradesh and its impact on local communities and environment

Mirza Zulfiqur Rahman, Doctoral Candidate, Department of Humanities and Social Sciences, Indian Institute of Technology, India
Chair: coming


5:00 pm to 5:50 pm
Conference

Borderline Art

  • Ian Howard, Dean of the College of Fine Arts at the University of New South Wales, Sydney, Australia.

6:00 pm to 7:00 pm
Poster session and cocktail

Borders and Walls – Global Analysis

  • Geopolitical Factors Effective on role and function of the International Boundaries with emphasis on the borders Islamic Republic of Iran

Seyyed Hadi Zarghani, Assistant Professor in Political Geography and Geopolitic, Ferdowsi University of Mashhad (FUM), Iran.

  • Walls of Money: Securitization of Border Discourse and Militarization of Markets

Elisabeth Vallet, Adjunct Professor in Geography and Geopolitic, UQAM, Montreal.

 

Case Studies on Walls, Fences and Reinforced Borders

  • India-Bangladesh Border Wall: Order and Prosperity or Wishful Thinking?

Elena Lchezarova Dabova, PhD Student at Saint-Petersburg State University, School of International Relations.

  • The DMZ and the Three Koreas: A Sociological Institutional Analysis of Security in the Korean Peninsula

Alexandre Léger, Master’s Student at the Department of Political Science, Concordia University.

  • El Muro Marroqui en el Sáhara Occidental

Elisa Pavón, Periodista Asociación « Rio de Oro, Gaici Nah Bachir, Investigador « Red de Estudios sobre Efectos de Muro y Minas en el Sahara occidental ».

Art & Borders

  • Presentation of New World Border : Artists Respond to the US/Mexico Border Wall

Art Hazelwood, renowned artist, impresario and instigator, San Francisco, USA.


FRIDAY,  OCTOBER, 18th 2013

Walls and Identities

8:00 am to 8:15 am Registration


8:15 am to 9:00 am
Opening Address

  • Border Walls and Global Apartheid

Reece Jones, Associate Professor and Chair of Graduate Studies, Department of Geography, University of Hawai’i at Manoa, USA.


9:15 am to 10:45 am
Workshop 5

Building of National, Local and Transnational Identities

  • Boundary Lines: Canada, the U.S. and the Geopolitics of Othering

Heather Nicol, Associate Professor, Department of Geography, Trent University, Peterborough, Ontario, Canada.

  • Construction of local identities alongside Schengen border – Bordering and crossbordering processes along Croatia-Slovenia border

Marta Zorko, Assistant Professor at the Faculty of Political Science, University of Zagreb, Ivan Sulc, MA graduate and junior researcher at University of Zagreb, and Marko Kovacic, Ph.D. student in Social Sciences, University of Ljubljana.

  • Festive security: Reveling in patriotism on the U.S.-Mexicano Border

Elaine A. Peña, Assistant Professor of American Studies, George Washington University, Washington, D.C

  • Robert Frost’s Ambivalence: Borders and Boundaries in Poetic and Political Discourse

Kenneth Madsen, Assistant Professor of Geography, Ohio State University at Newark, USA, and D.B. Ruderman, Assistant Professor of English, Ohio State University at Newark, USA.

  • Et si le barbelé faisait le mur? Politique et poétique d’une violence symbolique

Bénédicte Tratnjek, doctorante en géographie, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand) et chercheure à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Paris.

Chair: coming

10:45 am to 11:00 am Coffee Break


11:00 am to 12:45 pm
Workshop 6

Identity of the Wall, Identities of the Borders

  • Mental Walls, Bounded Identities: The Finnish-Russian Spectacle of Othering

Jussi Laine, Researcher at the Karelian Institute, University of Eastern Finland.

  • « Lo mas bonito de Tijuana es San Diego » : La movilidad como recurso y referente de identidad en Tijuena, México

Amalia Campos Delgado, Researcher at the Research Center : El Colegio de la Frontera Norte, México.

  • Les frontières basques peuvent-elles disparaître au sein de l’espace européen?

Jean-Marie Izquierdo, Professeur associé au département de science politique, l’IUT de Bayonne et du Pays basque, France.

  • Haïti: un espace national, entre les murs

Marie Redon, MCF en Géographie, Université Paris 13, France.

  • Mutating Borders According to the Propaganda Balloons in the Korean Demilitarized Zone

Dongsei Kim, Adjunct Assistant Professor of Architecture, Columbia University, Graduate School of Architecture, New York, USA.


12:45 pm to 1:30 pm
Lunch*

Showing of the documentary « Connected Walls »

  • Sébastien Wielemans, producer and filmmaker, Bruxelles

1:30 pm to 3:00 pm
Workshop 7

Identity of the Wall, Border discourses

  • Exhibiting the Frontier: Border politics and the visual turn

Lee Rodney, Associate Professor, Media Art History and Visual Culture, University of Windsor, Canada.

  • Mapping the West Bank Wall: International Law as a Discursive Tool in Visual Arguments

Christine Leuenberger, Senior Lecturer at the Department of Science & Technology Studies, Cornell University, Ithaca, New York.

  • Constructing a « Wall »: Naming and the Politics of Israeli « Security Fence »

Emily Regan Wills, Adjunct Professor at the School of Political Studies, University of Ottawa.

  • Fencing the Border: The Identity Crisis of « We » and « They »: A Case Study of Bangladesh and India

Iqbal Shailo, Ph.D., Carleton University, Ottawa.

  • Chameleon Walls : Inside two configurations of pro-« security fence » actors in Israel and in Arizona

Damien Simonneau, PhD Candidate in Political Science, Centre Emile Durkheim/Sciences Po Bordeaux, et chercheur à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Paris.

Chair: coming

3:00 pm to 3:15 pm Coffee Break


3:15 pm to 4:45 pm
Workshop 8

Walls & Migrations 1

  • African migrants, security measures and a new fence: The Egyptian-Israeli Border from the soldiers’ point of view

Dr. Nir Gazit and Dr. Efrat Ben-Zeev, The Ruppin Academic Center, Emek Hefer and The Truman Institute for the Advancement of Peace, Hebrew University, Jerusalem, Israel.

  • Mediterranean Border Walls as a Driver of Regional Insecurity

Craig Damian Smith, Ph.D. Candidate, Department of Political Science, University of Toronto.

  • « None is Too Many »: Geographic and Legislative Segregation of Roma Refugee Claimants

Petra Molnar Diop, Centre for Refugee Studies, York University.

  • Palestinian Child Labor in Israel: Segregation through Contact

Omri Grinberg, Ph.D. Student in Anthropology and the Centre for Jewish Studies, University of Toronto, Canada.

  • Géopolitique des clôtures européennes de mise à distance de l’immigration subsaharienne

Michel Douryang Domga, Assistant – Institut Supérieur du Sahel – Université de Maroua, Cameroun.

  • Fencing the Sea Borders? Making Sense of EU new Digital Borders

Rocco Bellanova, Researcher Peace Research Institute Oslo, Norway, and Denis Duez, Professor, Université Saint-Louis, Bruxelles

Chair: coming

5:00 pm to 5:15 pm Coffee Break


5:15 pm to 6:15 pm
Workshop 9

Walls & Migrations 2

  • Biopolitical Surveillance and Resistance at the Greece-Turkey Borders

Özgün E. Topak, PhD candidate, Queen’s University, Sociology Department, Ontario.

  • Racialized Borders: Hypothesizing the Diasporic Implications of Discriminatory Surveillance at Canadian Borders

Alana Saulnier PhD Candidate at Queen’s University and Research Fellow at the Surveillance Studies Centre and Dr. Steven Downing, Assistant Professor at the Faculty of Social Science and Humanities, University of Ontario Institute of Technology.

  • From Smart Borders to Perimeter Security: The Canadian Border and the Shrinking Rule of Law

Ciara Braken-Roche, Alana Saulnier and Özgun Topak, Queen’s University, Kingston, Ontario.

Chair: coming


6:15 pm to 6:30 pm
Concluding remarks

Marcello di Cinto


 


* All meals are payable by the participants and speakers

 

Border Walls

Les murs et barrières représentent un enjeu frontalier spécifique pour les États, et correspond à un état post-moderne des relations internationales. En 2010, plus de 45 murs bornent plus de 29 000 kilomètres de frontières dans le monde. En effet, depuis la grande muraille de Chine, la digue d’Offa au Pays de Galles, le Danevirk du Roi Godfried, le mur d’Antonin érigé en Écosse par les Romains pour appuyer le mur d’Hadrien, le Fossatum Africae au Sud, ou les fortifications que des experts en poliorcétique avaient érigé en art, le « mur » est au cœur des relations internationales. À tel point que l’un d’entre eux a même défini l’état du monde pendant toute la deuxième moitié du vingtième siècle : lorsque le mur de Berlin est tombé, il y a maintenant de cela 20 ans, ses contemporains ont cru à la métamorphose du monde alors qu’ils n’avaient fait qu’accomplir une révolution sur eux-mêmes. La fin de la guerre froide a marqué l’imaginaire collectif en consacrant la fin d’un monde scindé en deux blocs, fragmenté en deux allégeances, décliné en conflits et différends frontaliers.

Pourtant, l’après 11 septembre 2001 a souligné avec force le retour des murs frontaliers, symboles que l’on croyait disparus dans les affres de la décolonisation et le trépas du monde bipolaire. Les murs représentent un marqueur identitaire fort, un outil au service de la souveraineté étatique, un instrument de différenciation et de dissociation. Ils rassurent les populations qui y voient une marque de sécurité, une manière de canaliser l’immigration. Ils redirigent, enrayent, canalisent les flux de populations ainsi que de biens et de services.
Le mur n’est pas forcément un synonyme de frontière et, de la même manière, la frontière n’est pas nécessairement une ligne hermétique puisqu’elle est un point de contact, une interface : son tracé est en principe bilatéral, régi par conventions, établi par les États frontaliers tandis que celui d’un mur est – à de rares exceptions près – unilatéral et exclusif. Ainsi la fragmentation de l’espace qu’opèrent les murs, souvent doublés de barrières législatives, consacre l’opposition théorique entre des frontières « molles » définies comme ouvertes, poreuses et inclusives et des frontières dures, fermées, étanches et exclusives.