Noël à Bethléem, au pied du mur

NB: cliquez sur les images pour avoir leur source

Tandis que les murs frontaliers ne cessent de se multiplier (chaque trimestre voit l’annonce d’un nouveau mur) comme en atteste l’infographie réalisée en collaboration avec le Courrier international (figurant à la fin de ce papier), il en est un, chaque Noël, qui prend une dimension plus symbolique encore… Celui de Bethléem :

1

Au point de devenir l’emblème d’une conférence chrétienne annuelle organisée à Bethléem et promue par l’International Christian Embassy Jerusalem :

2

Guy Delisle, dans ses superbes Chroniques de Jérusalem avait d’ailleurs bien résumé l’idée :

3L’art, et particulièrement l’art graphique, a fait son chemin sur les murs, au point de faire désormais l’objet d’articles scientifiques et d’ateliers.

Dans le cadre du festival Bethlehem Unwrapped, un mur de 8 mètres de haut a  ainsi été élevé en janvier 2014, face à l’Église St James, à Piccadilly à Londres.

4 À Bethléem, c’est Noël qui alimente la production artistique autour du mur :

5

Y compris avec la mise sur pied d’une crèche vivante devant le mur de Bethléem, en 2010:

6En 2012, Bansky (qui a peint de remarquables fresques en 2005 et 2007 sur les murs de Bethléem) réalise cette carte postale (qui fait régulièrement le tour des réseaux sociaux lors des fêtes des fin d’année) d’un Bethléem très contemporain :

7

Cette image a d’ailleurs été reprise (ironiquement) aux Etats-Unis dans le cadre d’une campagne d’affichage menée par « if Americans Knew » :

89

Est-ce en raison de l’activisme de Bansky? Toujours est-il que, depuis, le mur appartient à la mythologie subversive de la Nativité.

Avec des crèches  en bois qui intègrent le mur, comme celles réalisées par la famille Anastas:

91

Parmi d’autres:

92

Et depuis, les caricaturistes ont largement repris la thématique :

93

94Et dans ce domaine, le travail du dessinateur britannique Polyp est unique :

95

96

 Mais d’autres utilisent la force du mur lui-même pour rendre compte de cette réalité. La caricature se fait drame :

97

Ce qui est sans doute le plus dérangeant, c’est que le mur appartient désormais à l’univers des cartes de vœux. Et même si cela se veut ironique, il demeure qu’on l’intègre progressivement dans l’imagerie populaire. Et l’ironie s’efface derrière l’art. Avec, en filigrane, une forme d’acceptation.

9899

991

Mais si on doit en rire, il reste la version païenne. Moins triste, et tout aussi réelle :

992993Pour terminer on laissera le mot de la fin au mur :

994

Car ils finissent toujours par tomber…

Enfin… Peut-être pas le mot de la fin, car en attendant, leur nombre continue à augmenter…

Plus de murs dans un monde sans frontières (1945-2015)

Sans titresource: Élisabeth Vallet @ 2015

 

Infographie par le Courrier International d’après nos données

1253-infographie-2

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *