Faire le mur

L’affaire est sortie sous la plume de McDaniel, au Yuma Sun et continue à battre en brèche l’idée que le mur frontalier entre le Mexique et les Etats-Unis sert « vraiment » à enrayer le trafic de drogues, d’armes et d’êtres humains. Cette fois-ci, les trafiquants ont envisagé, plutôt que de courir le risque d’utiliser des mules, de traverser la rivière du Colorado, pour entrer en territoire américain, tout en étant à l’extérieur de la barrière. Et oui, le mur frontalier a ainsi créé des enclaves de territoire américain, qui sont coincées entre la frontière politique et la barrière physique. Toujours est-il que, de là, le 7 décembre au soir en Arizona, les trafiquants de drogue ont utilisé un canon à air comprimé pour propulser 33 boîtes de conserves contenant plus de 40 kilos de… marijuana. Il y a donc une corrélation étroite entre le durcissement des mesures pour sécuriser la frontière et le recours par les trafiquants à des moyens moins classiques dans des zones habituellement moins marquées par les questions de trafic. Car c’est dans cette même région, rappelle le Yuma Sun, que l’on a découvert, en juillet dernier, un tunnel de 230 mètres de long, 18 mètres sous la surface, reliant un commerce mexicain à un commerce américain de San Luis en Arizona, et qui avait servi, pendant six mois, au trafic d’armes et de drogue. En août, ce sont des ballots de marijuana qui sont découverts après avoir été largués en sol américain depuis un ULM. Enfin, en octobre, ils utilisent une rampe d’accès pour essayer de faire passer une Jeep transportant de la marijuana par dessus la barrière. Bref ce mur ne sert à rien. Ou en tout cas pas à ce pour quoi les gouvernements disent qu’il devrait servir . Ce qui revient sans doute au même, sauf pour les migrants.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *