Frontières : lorsque murer les frontières ne sert à rien

À la chute du mur de Berlin, le monde s’est imaginé sans frontières, où des États, obsolètes feraient progressivement place à un village planétaire porté par la mondialisation. Les universitaires, les économistes, les théoriciens des relations internationales ont abondé dans ce sens, évoquant la fin des territoires, des souverainetés, des États, de la géographie.

Capture d’écran 2015-09-01 à 16.04.20

Mais le 11 septembre a sonné le glas de ces aspirations, refermant les frontières comme des pièges. Désormais, ces frontières ne sont plus des lignes, ni même des interfaces – ce qu’elles sont en principe. Elles ne sont plus souples et poreuses, mais dures et agressives. Constamment renforcées, fortifiées, elles sont de plus en plus fréquemment marquées par des entraves, des barrières, des clôtures, des murs, longées par des routes d’enceinte et des chemins de garde, dotées de capteurs de bruits et de mouvements, hérissées de postes de surveillance, de champs de mines, de caméras infrarouges, et de dispositifs d’éclairage. Dans cette nouvelle configuration, les frontières qui n’ont plus pour vocation de canaliser les flux mais bien de les arrêter. Dans un monde de plus en plus global, marqué du sceau de la mondialisation, les murs frontaliers se font de plus en plus fréquents, au point de constituer un phénomène sans précédent dans l’histoire mondiale :

Capture d’écran 2015-09-01 à 16.00.37

Ainsi à compter de 2001, il ne s’agit plus, à travers le blindage de la frontière, de convertir une ligne de front en frontière de fait et d’imposer une paix provisoire (comme le font les fortifications entre les deux Corées, à Chypre, voire la Line Of Control entre l’Inde et le Pakistan), mais bien, si l’on s’en tient aux discours des États constructeurs de murs, de prévenir des menaces – comme les flux migratoires ou l’incursion de groupes terroristes. En Asie Centrale, au Moyen-Orient, dans la péninsule indienne, en Asie du Sud-Est, dans les Amériques et jusqu’en Europe, les murs « anti » prolifèrent.

Désormais, les barrières frontalières (dont les fondations sont maçonnées et inamovibles) répondent à l’instabilité générée par le système international. Devant leur multiplication (il n’y en avait qu’une dizaine à l’issue de la guerre froide, il y en pratiquement 65 dans le monde aujourd’hui – et les États baltes flirtent depuis quelques jours avec l’idée), et parce qu’elles sont le fait de régimes autoritaires comme de démocraties (États-Unis, Espagne, Bulgarie, Grèce, Israël, Inde, Hongrie) il faut se rendre à l’évidence. Le mur est devenu une manière pour les États de faire face aux (nouvelles) menaces réelles ou présumées : en Arabie Saoudite pour enrayer la progression de l’État islamique, en Turquie pour limiter la contagion de la rébellion syrienne, en Ukraine (selon le projet annoncé) pour arrêter l’impérialisme russe, en Républicaine dominicaine (ce n’est pour l’instant qu’une proposition) pour réduire l’exode haïtien, en Hongrie pour pallier les déficiences de la convention de Dublin.

Ainsi, ce qui relevait, il y a moins de deux décennies, d’enjeux classiques, locaux et transfrontaliers correspond désormais à des enjeux de sécurité nationale, qui justifient la militarisation de la zone et le durcissement de la ligne frontalière. L’identité de sécurité des États passe donc, pour certains gouvernements, par l’érection d’une barrière : le mur redonnerait du sens à l’État. Mais il fait perdre son sens à la frontière dans son acception classique (la frontière n’était que ce point de rencontre entre deux collectivités et deux souverainetés, tout au plus un moyen de canaliser et de comptabiliser les flux) et accroît l’insécurité de ceux qui la fréquentent – pour la franchir ou parce qu’ils vivent à proximité.

Sans titreAstérix chez les Pictes – Le mur d’Hadrien ne se voulait pas infranchissable,
il permettait de canaliser les populations

Puisque la frontière devient un enjeu de sécurité nationale, la tendance s’accompagne de la militarisation de la frontière : on fait de plus en plus appel à la technologie duale voire militaire, au complexe militaro-industriel reconverti en complexe sécuritaro-industriel.

Selon Vision Gain, le marché de la sécurité frontalière représente en 2015 plus de 16 milliards de dollars.

Ainsi, le déploiement de la brigade venue d’Alaska d’ingénierie de l’armée de l’air, quatre kilomètres à l’ouest du point d’entrée de Mariposa à Nogales pour construire une route de patrouille (dans le but d’aider à le Homeland Security dans la construction de routes frontalières tout en formant les soldats dans des terrains similaires à ce qu’ils pouvaient rencontrer en Afghanistan) témoigne de cette proximité, tout comme l’avait fait auparavant le recyclage de plaques de métal datant de la guerre du golfe et fournies par l’armée américaine à titre gratuit pour former la barrière en Arizona. La présence de gros consortiums liés à l’armement et à la défense (EADS, Boeing, Elbit etc…) sur les chantiers frontaliers va dans le même sens. Aux Etats-Unis, cette militarisation se fait également à travers le recrutement des patrouilles frontalières : le Border Patrol américain est composé à 28,8% de vétérans, revenus d’Irak et d’Afghanistan qui bénéficient d’un « Fast track » pour intégrer ce corps de métier. Ce qui ne devrait être que du maintien de l’ordre entre désormais dans le registre de la défense du pays, porté par des acteurs militaires « non reconvertis ». On retrouve d’ailleurs cette dimension à travers la lecture qu’en font les médias, de Fox News qui évoque l’idée d’un « troisième front » (après l’Irak et l’Afghanistan) ou du National Geographic Channel qui évoque des « guerres frontalières » (border wars).

11

Or l’évolution de cette vision de la frontière amène également une violence latente. Ainsi, l’anxiété du franchissement de la frontière (avoir les bons papiers, le bon visa, le bon ton lorsque l’on interagit avec le douanier) fait partie intégrante du processus individuel – au point d’avoir des incidences sur les trajectoires des migrants légaux. Les témoignages à la frontière, par exemple sur le flanc méridional des États-Unis, ou encore aux frontières de l’Europe (au Maroc, autour de Ceuta et Melilla, en Grèce ou en Bulgarie) rendent compte de cette violence qui s’inscrit dans la définition d’un espace placé dans une zone de droit dérogatoire, et de tolérance, de non-droit qui déborde largement la ligne frontalière pour embrasser des bandes de terre plus ou moins large de part et d’autre du mur.

Capture d’écran 2015-09-01 à 16.03.31

Ainsi la banalisation de la « solution-murée » a quelque chose de paradoxal. D’une part, les barrières, pour reprendre les termes du poète Robert Frost (Mending wall), ne font pas nécessairement de bons voisins. Tout au plus repoussent-elles à plus tard le règlement d’enjeux propres à la relation entre les deux États limitrophes.

D’autre part, les murs ne sont pas là pour durer : les murs finissent toujours par tomber physiquement (comme le mur de Berlin ou la ligne Maginot) ou symboliquement quand ils ne servent plus à rien (Grande muraille de Chine, mur d’Antonin).

Capture d’écran 2015-09-01 à 16.06.37

Ce sont les cicatrices de leur existence qui auront le plus d’impact à terme. Car les murs isolent. Ils isolent dans des enclaves, des populations coincées entre le mur et la frontière, qui peinent à accéder aux services publics, aux ressources naturelles, ou simplement à leur emploi comme en Cisjordanie, au Bangladesh ou au Texas – induisant le plus souvent un degré plus ou moins important de déstructuration des sociétés agraires concernées. De surcroît, le fractionnement de deux économies interdépendantes par l’érection d’un mur induit fréquemment la destruction de la structure sociale des zones frontalières : le temps de franchissement du poste frontalier limite la fluidité des échanges licites et consacre souvent la mort des villes frontalières, marquée par un taux de chômage élevé, une économie moribonde, une violence exacerbée et une criminalité accrue. Car faute d’empêcher véritablement les flux, les murs les détournent. L’impact est alors immédiat pour les migrants, plus enclins à recourir aux passeurs. Et c’est là l’un des effets contreproductifs des murs, qui favorisent l’économie souterraine et les réseaux parallèles, les rendant plus difficiles à contrôler.

Les murs aboutissent donc à l’effet inverse de celui recherché, pérennisant l’implantation durable de travailleurs clandestins qui auraient autrement suivi un cycle de migration saisonnier et pendulaire.

Cela réduit d’autant la capacité de l’État à les contrôler, et les vulnérabilisant substantiellement, comme en témoigne la carte du cartographe Nicolas Lambert sur les morts aux frontières de l’Europe, réalisée pour le réseau Migreurop.

22

Plus encore, les murs frontaliers isolent des écosystèmes entiers au point d’altérer leur environnement et de menacer de nombreuses espèces du seul fait de leur existence. C’est ainsi qu’une équipe du laboratoire de l’Université de Pékin, en 2003, établit l’existence d’évolutions génétiques différenciées dans la flore de part et d’autre de la grande muraille de Chine, tout comme, dans les années récentes des équipes de biologistes ont montré que le mur frontalier altérait les migrations de grands prédateurs (au point de prévoir plusieurs extinctions au Cachemire, au Mexique ou au Botswana) et ce faisant les déplacements des insectes et parasites et à terme la pollinisation.

Dès lors, pourquoi construire des murs? Certains disent qu’il s’agit là d’un effet d’annonce qu’utiliseraient les gouvernements pour montrer à des populations de plus en plus sensibles aux risques mondiaux qu’ils agissent. Preuve en est, les murs frontaliers sont pour la plupart le résultat d’une démarche unilatérale – et, ce faisant, réalisés à l’intérieur du territoire de l’État prescripteur et non le long de la ligne frontalière : on ne construit pas pour redéfinir les relations internationales mais bien pour consolider une assise nationale. Mais plus encore, selon une étude récente, l’inégalité économique serait un facteur clé pour expliquer la construction des murs frontaliers : le différentiel économique est un facteur d’instabilité susceptible de mener à la construction du mur (ce qui, si on se fie aux murs des « gated communities » aux États-Unis, à Rio de Janeiro, ou encore à Padoue, est la norme des murs infranationaux). Les murs frontaliers ne seraient donc qu’une réponse à une mondialisation mal maîtrisée, mal répartie. Ils ne constituent alors qu’une solution temporaire, dans la mesure où elle n’agit que comme paravent d’une réalité que l’on occulte.

 

Élisabeth VALLET est directrice scientifique à la Chaire Raoul-Dandurand et professeure associée au département de géographique de l’UQAM. Elle est également co-chercheure dans le projet Borders in Globalization – et dirige à ce titre le groupe d’études sur les frontières du Québec. Elle vient de publier  Borders, Fences and Walls (Ashgate, 2014), et ses travaux sur les frontières et murs frontaliers sont largement cités (Washington Post, Courrier international, Toronto Star, Vancouver Sun, Le Figaro, Nouveau Projet, NPR). Elle collabore sur ces thèmes avec le Monde diplomatique (blog « Visions cartographiques ») et son blogue États-Unis, hébergé par la plateforme universitaire Hypothèses, d’OpenEdition, figure pour la deuxième année dans le palmarès des meilleurs blogues scientifiques francophones.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *