Méditerranée meurtrière

La sécurité de la frontière est un marché en pleine expansion. Tant et si bien que l’on y consacre désormais des « salons » dédiés à la technologie de la surveillance, et que la frontière elle-même devient un moteur économique et un lieu d’innovation – consacrant l’avènement d’un complexe militaro-industriel, pendant contemporain du complexe militaro-industriel de la guerre froide.

Pour autant, cette volonté protectionniste, qui conduit à scarifier les territoires, à ériger toujours plus de murs le long des frontières et à séparer plus encore le Nord du Sud, ne permet finalement pas d’enrayer les flux migratoires.

Loin s’en faut.

Comme le montre de manière plus spectaculaire encore qu’à l’accoutumée, les deux derniers naufrages en Méditerranée, Frontex, qui est l’agence européenne des frontières, ne parvient pas à contenir les flux des réfugiés vers l’Europe que l’Organisation internationale des migrations évalue désormais à 230 000 en 2014, et 21000 depuis le début de 2015.

Or, le discours de l’extrême droite européenne (et la prégnance croissante de cette dernière) axé autour de la pression, de l’invasion voire de la menace migratoire, en diabolisant les migrants et capitalisant sur la fragilité économique de l’Euro passe à côté de l’essentiel : le danger de la migration est parfois moindre que celui de rester sur place. C’est dire.

La plupart des immigrants qui cheminent vers l’Eldorado européen passent de longs mois en transit, le plus souvent depuis l’Afrique sub-saharienne, parfois d’Asie et pour la grande majorité de Syrie, d’Erythrée et de Somalie. Leurs histoires sont toutes celles du désespoir, de l’errance, de l’attente et de la peur. Ils ont rencontré la faim, la soif, l’hostilité des populations locales, les abus des autorités des pays qu’ils ont traversés. Où ils ont parfois été arrêtés, tabassés, violés, détenus, déportés. La trajectoire des migrants est donc hérissée d’embûches, d’obstacles et de dangers (naturels et humains) que la cartographie classique ne restitue pas. En effet, si l’Agence frontière européenne Frontex cartographie en effet les sept principales routes migratoires vers l’Europe,

1

ces cartes ne rendent pas compte de la réalité du vécu des migrants, ce que fait par contre le projet de cartographie collaborative mené par les géographes Sarah Mekdjian et Anne-Laure Amilhat Szary avec des migrants pour tenter de retracer leurs trajectoires individuelles. Leurs dessins et leurs cartes rendent compte de ces douleurs et de ces errances. 

Car l’externalisation des frontières de l’Union européenne projette en-dehors de l’Union le contrôle frontalier, laissant aux mains de pays pas toujours (c’est un euphémisme) respectueux des droits humains, la responsabilité d’arrêter, de détenir et d’expulser ceux que l’UE voit désormais comme « indésirables », délégant à ceux qui sont moins liés par le droit le soin d’exécuter les basses oeuvres. L’Europe a en effet établi une « défense » contre les exclus du Sud, en forme de cercles concentriques, comme l’explique et le cartographie très bien, dans un billet récent, le journaliste-cartographe-géographe-critique Philipe Rekacewicz.

2

Esquisse cartographique de Philippe Rekacewicz, réalisée en 2013 et disponible en ligne : http://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L2048xH1449/14049993015_2c0f-70315.jpg?1398756087

La première défense est justement cette frontière externalisée (cette pré-frontière comme il l’appelle), avec des avant-postes sous-traités auprès des pays périphériques de l’Europe, au Maghreb mais parfois plus loin encore : ce sont eux qui constituent la première ligne de la politique migratoire. La deuxième défense est cette ligne que l’on peut désormais tracer en Méditerranée et qui, tenue par Frontex, constitue la matérialisation de l’écorce de l’espace Schengen. La dernière est en Europe même, et est presque « post-frontière» : il s’agit des camps d’enfermements sur le territoire même de l’Union Européenne et très bien cartographiés dans l’Atlas des migrants en Europe du réseau Migreurop.

Ils sont nombreux. De plus en plus nombreux à se lancer à l’assaut des barrières de Ceuta et Melilla, à tenter de franchir l’Evros à la frontière turque ou de traverser la Méditerranée dans des embarcations de fortune, surchargées.

Au point où la Mare Nostrum est devenue un véritable cimetière. Elle enregistre plus de 31000 mots depuis 1993, dont 28000 depuis 2000 (selon l’extraordinaire base des données The Migrant Files), au moins 3500 l’an passé, 1600 depuis le début de l’année.

3

La mer tue. Et la Méditerranée représente à elle seule 75% des morts aux frontières.

4

carte de Nicolas Lambert (http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1381/files/2015/04/MerMorte.png) réalisée en avril 2015 et reproduite ici avec l’autorisation expresse de l’auteur

Ces morts sont le fait d’une conjugaison (fort bien expliqué par Polly Pallister-Wilkins dans ce billet pour le blogue Border Criminologies) de plusieurs phénomènes. D’abord, les sanctions appliquées aux transporteurs qui se voient obligés de vérifier les titres de voyage de leurs passagers et les politiques de visas toujours plus strictes de l’Union européenne (le Washington Post a d’ailleurs récemment classé les passeports en fonction de leur valeur, notamment circulatoire). Ces mesures ont pour effet de faire glisser sous le radar les stratégies migratoires, laissant des migrants de plus en plus désespérés entre les mains de passeurs de plus en plus organisés et de moins en moins scrupuleux. Ainsi, avec le durcissement des frontières, se créée des zones où la violence va laisser des cicatrices beaucoup plus profondes — et plus durables — que les murs frontaliers eux-mêmes.

À cela il faut ajouter, selon François Gemenne, le fait que le gouvernement italien ait mis un terme à l’opération “Mare Nostrum”, qui avait permis le sauvetage de plusieurs milliers de migrants l’an passé. Et que l’Union européenne y ait substituer l’opération “Triton”, qui a une vocation policière et non humanitaire. On surveille mais on ne sauve plus.

Et puis, il y a surtout, la géopolitique, dans cette zone qui corsette l’Europe de l’Ukraine au Sahara occidental, embrassant des zones de conflits post-printemps arabe, la ceinture de feu sahélienne, et en passant par la Syrie, Gaza, l’Égypte et la Libye, plongeant jusqu’au Mali. Partout là où l’État islamique d’ailleurs semble trouver une résonance.

À cette instabilité politique s’ajoute la vulnérabilité économique, qui déstructure l’architecture sociétale, et délite les États les plus fragiles, sur fond d’insécurité alimentaire et de changements climatiques.

5Carte de Philippe Rekacewicz, La recomposition géopolitique méditerranéenne – Esquisse cartographique, juin 2013, disponible en ligne : http://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L2048xH1454/14026796166_2e02-8a5cf.jpg?1398756088

Ce sont désormais des sommes faramineuses qui sont investies dans les structures, les infrastructures et les agences frontalières. Au mépris des vies humaines. Et sans autre succès que de vulnérabiliser un peu et de tuer beaucoup plus, sans enrayer le flot humain, et en enrichissant acteurs privés et mafias. Et pourtant, s’il s’agissant simplement d’investir cet argent sécuritaire au Sud. Pour rééquilibrer les échanges et le rapport de forces. Consolider les États et renforcer les structures sociales. Inviter les migrants à demeurer là où sont leurs racines plutôt que les inciter à fuir à tout prix.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *