Border Walls

Les murs et barrières représentent un enjeu frontalier spécifique pour les États, et correspond à un état post-moderne des relations internationales. En 2010, plus de 45 murs bornent plus de 29 000 kilomètres de frontières dans le monde. En effet, depuis la grande muraille de Chine, la digue d’Offa au Pays de Galles, le Danevirk du Roi Godfried, le mur d’Antonin érigé en Écosse par les Romains pour appuyer le mur d’Hadrien, le Fossatum Africae au Sud, ou les fortifications que des experts en poliorcétique avaient érigé en art, le « mur » est au cœur des relations internationales. À tel point que l’un d’entre eux a même défini l’état du monde pendant toute la deuxième moitié du vingtième siècle : lorsque le mur de Berlin est tombé, il y a maintenant de cela 20 ans, ses contemporains ont cru à la métamorphose du monde alors qu’ils n’avaient fait qu’accomplir une révolution sur eux-mêmes. La fin de la guerre froide a marqué l’imaginaire collectif en consacrant la fin d’un monde scindé en deux blocs, fragmenté en deux allégeances, décliné en conflits et différends frontaliers.

Pourtant, l’après 11 septembre 2001 a souligné avec force le retour des murs frontaliers, symboles que l’on croyait disparus dans les affres de la décolonisation et le trépas du monde bipolaire. Les murs représentent un marqueur identitaire fort, un outil au service de la souveraineté étatique, un instrument de différenciation et de dissociation. Ils rassurent les populations qui y voient une marque de sécurité, une manière de canaliser l’immigration. Ils redirigent, enrayent, canalisent les flux de populations ainsi que de biens et de services.
Le mur n’est pas forcément un synonyme de frontière et, de la même manière, la frontière n’est pas nécessairement une ligne hermétique puisqu’elle est un point de contact, une interface : son tracé est en principe bilatéral, régi par conventions, établi par les États frontaliers tandis que celui d’un mur est – à de rares exceptions près – unilatéral et exclusif. Ainsi la fragmentation de l’espace qu’opèrent les murs, souvent doublés de barrières législatives, consacre l’opposition théorique entre des frontières « molles » définies comme ouvertes, poreuses et inclusives et des frontières dures, fermées, étanches et exclusives.


Une réflexion au sujet de « Border Walls »

  1. Ceci est un exemple d’un commentaire dans WordPress. Vous pouvez la modifier pour mettre ici des informations vous concernant ou concernant votre site afin que vos lecteurs en sachent un peu plus sur vous. Vous pouvez créer autant de commentaires que vous voulez, et gérer l’intégralité de votre contenu dans WordPress.

Les commentaires sont fermés.